2ème Newsletter 2020

Chers clients

Avec cette 2ème newsletter pour l'année 2020, nous souhaitons à nouveau vous informer de la situation actuelle sur le marché de l'argent et de l’or ainsi que sur les développements récents des marchés financiers.

Comme nous l'avons souligné dans notre dernière Newsletter, les marchés boursiers ont atteint un niveau de cours critique et excessif, ce qui s’est produit lors du dernier krach. Au niveau mondial, les indices ont baissé entre 25 et 30 %.

Baisse significative des prix de l'argent et des autres métaux précieux

Depuis le début de l’année 2020, l'once d'argent (31,1 g pour une pureté de 999,9 g), mesurée en USD, vaut près de 17,6% en moins. Quant au prix de l'once d'or, il a progressé d’environ 0,9%. En comparaison, le platine est en baisse d'à peu près 23,9% tandis que le palladium est également en notable baisse d’approximativement 21%.

Comment peut-on comprendre cela ? Le prix de l'argent, ainsi que celui de l'or, du platine et du palladium, a chuté la semaine dernière d’une ampleur qu'on n’aurait pas pu s’imaginer. Entre-temps, la demande d'argent physique à des fins d'investissement a rapidement augmenté.

Par exemple, au cours des deux premières semaines de mars, selon l'US Mint, l'autorité de frappe des monnaies de l'État américain, 2,32 millions de pièces d’investissement en argent Eagle ont été vendues, soit plus de 300 % de la quantité d'argent Eagle vendue pendant tout le mois de février, qui s'élevait à environ 750 000 pièces au total. Les marchands de monnaie en Allemagne et en Suisse disent que l’argent physique est devenu rare, les délais de livraison des pièces et des lingots d'argent se sont clairement allongés.

Le ratio or/argent atteint un niveau record historique - sous-évaluation maximale de l'argent

En même temps, comparé au prix de l'or, l'argent n’a jamais été aussi avantageux dans l'histoire. Le ratio or/argent, le rapport entre le prix de l'or et celui de l'argent, qui est mentionné à plusieurs reprises ici, a franchi la barre des 100 en s’élevant dernièrement à plus de 104. Le graphique ci-dessous montre qu'une valeur supérieure à 100 n'a été atteinte qu'une seule fois jusqu'à présent, vers 1940, mais ce rapport a ensuite chuté à près de 15.

Au début des années 1990, une valeur de près de 100 a été à nouveau atteinte, après quoi elle est retombée à 30. D'un point de vue historique, il s'agit actuellement très probablement d'une grande opportunité d'achat. Car de la qualité ne peut jamais être offerte longtemps aussi manifestement inférieure à sa valeur.

 

Une demande d'investissement toujours élevée pour l'argent et l'or

La semaine dernière, près de 3,35 millions d'onces d'argent ont été vendues par les grands fonds et les ETF (Exchange Traded Funds), mais avec un nombre total de 1 136,8 millions d'onces d'argent manifestement détenues à des fins d'investissement, il s'agit plutôt d'une petite goutte dans une grande cuve. Ce graphique montre la publication sur une base hebdomadaire transparente les stocks d'argent dans les dépôts des fonds d'investissement et des ETF.

Comme on peut très bien le voir ici, de 2001 à 2011, le prix est allé de pair avec la quantité d'argent utilisée à des fins d'investissement. Depuis lors, un découplage complet de la demande et de l'évolution des prix a eu lieu jusqu'à aujourd'hui. Intéressant : Si le prix devait correspondre à la tendance de la demande, le prix de l'argent devrait être aujourd'hui aux alentours de 50 dollars l'once, proche du pic d'août 2011, ce qui est plus ou moins aussi le cas pour l'or comme le montre le prochain graphique sur le prix de l'or et des onces d'or à des fins d'investissement.

Bien que selon cette présentation le prix de l'or ait encore un certain potentiel de rattrapage par rapport à la forte demande, la tendance de la demande et du prix va clairement dans la même direction. Ici aussi, l'énorme potentiel de rattrapage du prix de l'argent est très clair.

 

Dans l'ensemble, il faut tenir compte du fait que l'évolution du prix des métaux précieux, et naturellement aussi de celui de l'argent, s’effectue moins par la demande physique, qu’à nouveau au travers d’actions massives sur les marchés boursiers à terme qui sont fortement influencés et partiellement contrôlés.

Les huit plus grands négociants en argent et en or du Comex, le Commodity Exchange à New York, en particulier JPMorgan Chase & Co., avaient ces derniers mois d'importantes positions courtes (paris financiers sur la chute du prix de l'argent et de l'or) dans leurs livres. La crise financière déclenchée par le Coronavirus rend désormais très probable une forte hausse du prix de l'argent et de l'or. On peut supposer que ces acteurs du marché ont maintenant orchestré une baisse significative du prix de l'argent et de l'or afin de minimiser leurs pertes sur  leurs positions courtes et de les lisser autant que possible.

Comment peuvent-ils faire cela ? Ces 8 plus grands négociants sur le marché à terme des matières premières, appelés également Commercial Traders, fournissent la plupart du temps la contrepartie dans le domaine des Futures aux gestionnaires de fonds, qui pour leurs fonds et la gestion des portefeuilles clients détiennent des positions d'achat d'argent et d'or, généralement pour la diversification et la couverture des portefeuilles. Si les prix de l'argent ou de l'or tombent par exemple en dessous de certaines marques de graphiques techniques, respectivement de niveaux de prix ou de moyennes glissantes, des signaux de vente sont générés que la plupart des gestionnaires de portefeuille suivent pour réduire de plus importantes pertes de cours. Lors d’un grand nombre de ventes simultanées de ces positions en métaux précieux par le biais de contrats papier, le prix va alors baisser de façon non négligeable, comme ce fut le cas ces derniers jours.  Celles-ci sont toutefois plutôt des mouvements à court terme, car la tendance du prix fondamental prévaudra toujours.

Du moment que c’est comme cela, il ne devrait plus guère y avoir d’obstacle sur le chemin d’une envolée des prix de l'argent et de l'or.

Après que la crise sur les marchés des actions ait surpris la plupart, le Coronavirus, qui se répand dans le monde entier, est maintenant à l'origine du bradage sur les marchés des actions. De fait, les mesures préventives de confinement prises par les responsables pour contenir la pandémie, entravent actuellement la vie quotidienne de nous tous. Les mesures prises sont bonnes et utiles. Malheureusement, elles frappent les économies nationales globalisées du monde entier, qui se caractérisent par un endettement considérable. Des pertes de production de plusieurs semaines, respectivement la suspension des services, deviennent une situation existentielle pour de nombreuses entreprises, car d'une part le fardeau de la dette pèse et que d'autre part les bilans des entreprises semblent tellement ravagés qu'il n'y a généralement pas suffisamment de liquidités pour surmonter des phases aussi exceptionnelles que celles que nous vivons actuellement.

De sorte que l’on peut facilement s'en apercevoir en observant le cours des actions des banques. En seulement un mois, les cours de la Deutsche Bank et de la Commerzbank, par exemple, ont diminué de moitié, tandis les suisses UBS AG ou Crédit Suisse ont cédé de quasiment 40 %, soit presque autant que leurs homologues américaines. Dans d'autres pays, la situation dans le secteur bancaire est similaire. Qu'est-ce que cela signifie ? Les attentes en matière de développement économique sont telles qu'on envisage désormais une augmentation significative du taux d’insolvabilité, ce qui pourrait ruiner la situation des fonds propres des banques. Les marchés réclament une intervention massive des banques centrales et des gouvernements.

Et ceux-ci ont entendu les appels. Le prochain tour de la compétition internationale d'impression de monnaie est annoncé, la Réserve fédérale commençant par une réduction anticipée et inattendue des taux d'intérêt d'un demi pour cent, et maintenant par une injection de liquidités de 1 500 000 000 000 USD (1,5 trillion), qui peut même être étendue jusqu’à 3 trillions USD, par le biais de transactions dites "REPO", dans lesquelles la banque centrale acquière des obligations à des institutions financières en contrepartie de liquidités.

 

Ce qui a commencé avec une première mesure de liquidités le 17 septembre 2019, a évolué en une gigantesque injection de liquidités aux États-Unis. Toutefois, jusqu'à présent, cela n'a eu aucun effet sur le marché. Il existe manifestement une considérable pénurie de liquidités sur le marché, qui n'a fait que s'aggraver en raison de la baisse des cours. Les banques ont évidemment d'énormes besoins de liquidités, potentiellement du côté de leurs clients (commerciaux), qui n’ont pas seulement besoin de fonds supplémentaires pour le refinancement de leurs dettes.

Les intervenants sur le marché se voient actuellement à nouveau confrontés à une diminution rapide de la liquidité sur les transactions d’obligations d'État américaines, telle qu’elle n’a jamais été observée jusqu’ici. On constate un comportement similaire avec les obligations d’entreprises ; d’une part les primes sur l'intérêt, par rapport aux obligations d'État AAA, sont en hausse et montrent ainsi une liquidité moindre, (ou une demande du marché pour ces titres de plus en plus risqués) et d’autre part exprime une probabilité croissante de défauts. Une chose dont nous devons toujours être conscients : Ce qui se passe aux États-Unis, de loin le marché des capitaux le plus important, aura des retombées directes sur chacun dans le monde. C'est pourquoi nous analysons avant tout constamment le marché américain comme marché de référence pour l’évolution financière mondiale.

La diminution de la liquidité dans le négoce des obligations aura probablement aussi un impact sur le prochain glissement des cours sur le marché des actions ; lorsque de plus en plus de vendeurs, souvent contraints au travers de financements à crédit de positions en actions, entreront sur le marché, mais que les acheteurs diminueront, les cours chuteront de plus en plus, et ceci limitera le potentiel de redressement des cours.

La Banque centrale européenne agit avec une générosité similaire, en étendant désormais ses achats d'obligations à 120 milliards d'euros par mois et en permettant aux banques d’y déposer des réserves de capitaux propres nettement moindres. Toutefois, ces mesures devraient s’évaporer afin d’éviter une trop forte montée du niveau des intérêts.

Le gouvernement allemand sort également le grand jeu : Il garantit à toutes les entreprises des aides de liquidités, pour des montants illimités. Le Conseil fédéral suisse, par exemple, veut mettre à disposition environ 40 milliards de francs suisses par le biais d'indemnités de chômage partiel et d'un secours économique immédiat d’urgence. En Norvège, le taux d'intérêt directeur a été réduit d'un demi pour cent à 1,0 %, tandis que la banque centrale suédoise met à la disposition des banques nationales jusqu’à l'équivalent de 49 milliards de francs suisses pour deux ans afin de garantir le flux de crédit, en particulier pour les petites et moyennes entreprises. L'Australie paie mensuellement 750 AUD aux personnes à bas salaires. Et, et, et, ... . Depuis longtemps on ne parle plus de discipline budgétaire. Intéressant : Les cours des obligations d'État baissent de manière significative, alors que les niveaux d'intérêts montent simultanément.

On se demande : Quelle est encore la valeur de l'argent, qui est fraîchement et gaiement nouvellement imprimé dans toutes les devises, sous n’importe quelle forme ? Ne vous faites pas d'illusions : La valeur de l'argent va et doit rapidement tendre vers zéro avec ces actions gigantesques, le signal de départ de cette finale a été donné, c’est le bon sens qui le dit.

En résumé, on peut constater que les banques centrales et les gouvernements sont actuellement en train de perdre leur dernier reste de crédibilité d’être réellement intéressés par la stabilité monétaire. Le système financier et monétaire se trouve, lorsque l’on regarde la masse des mesures (avec des effets positifs de plus en plus faibles sur celui-ci),  juste au bord de l'effondrement. Nous avons récemment souligné que les banques centrales permettront à ce que de plus en plus d'argent circule dans les systèmes financiers. Nous le voyons sous nos yeux. L’argent et l’or, qui ne peuvent justement pas être multipliés à volonté, sont encore plus incontournables. La grande banque américaine JPMorgan Chase & Co, dont l'analyste américain du marché de l'argent Ted Buttler prouve à juste titre qu'elle a actuellement accumulé une position d'au moins 900 millions d'onces d'argent physique dans l'ombre de sa manipulation de longue date des marchés des métaux précieux, sortira de la crise qui se déroule sur les marchés mondiaux comme un grand gagnant. Nous espérons que cela vous concernera aussi ! À cet effet, veuillez également lire notre section dans la 1ère Newsletter 2020 avec le titre : Que faut-il faire ?

Développement

En tant qu’entreprise ayant des bases bibliques, nous aimerions vous encourager à également voir la situation actuelle concernant la propagation du Coronavirus comme une opportunité ; nous avons un Dieu et un SEIGNEUR, Jésus, qui a versé Son sang saint et pur pour le péché et l'injustice. C'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris (Esaïe 53:5), Il est venu pour détruire les œuvres du diable (1ère épître de Jean, 3:8). Notre protection est en même temps la communion étroite avec notre Père céleste et Jésus, et notre confiance en eux, comme nous l'enseigne le Psaume 91. Dans ce sens, nous avons de l'espoir, une confiance ferme, de pouvoir à nouveau nous rapprocher de son cœur. Et servir les autres avec amour dans cette situation.

Got Gold‘(anglais) plus précisément‚ avez-vous de l‘or et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’Aggée d’argent : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le Bon berger : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’Aggée d‘or :             Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés  d‘argent de  grande  pureté stockés dans un dépôt franc sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

 Cordiales salutations

Votre équipe de  BB WERTMETALL AG

 

Traduction faite par Pierre Parvex | 24.03.2020

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

 

1ère Newsletter 2020

Chers clients

Avec cette 1ère newsletter pour l'année 2020, nous souhaitons à nouveau vous informer de la situation actuelle sur le marché de l'argent et de l’or ainsi que sur les développements récents des marchés financiers.

Evolution des prix de l'argent et des métaux précieux jusqu’en 2020

Depuis janvier 2020, l'once d'argent (31,1 g pour une pureté de 999,9 g), mesurée en USD, vaut près de 1,1% de plus. Quant au prix de l'once d'or, il a progressé d’environ 4,7%. En comparaison, le platine est en baisse d'à peu près 1,6% tandis que le palladium est en nette hausse d’approximativement 16,5%.

En proportion, pour chaque once d’or, il n’y a actuellement que 8 onces d'argent extraites annuellement - mais en termes de prix, le rapport entre le prix de l'or et celui de l'argent est supérieur à 85! Et ce avec une utilisation industrielle croissante de l'argent – 55% de la production mondiale d'argent est "consommée" par l'industrie, la plus grande partie est réellement utilisée, car seule une petite partie de l'argent "usagé" est effectivement récupérée par recyclage; environ 20% de la demande annuelle d'argent est transformée en forme de pièces et de lingots, 20% supplémentaires sont commercialisés dans l'industrie de la joaillerie, et 5% sont utilisés comme couverts en argent, etc.

En 2019, environ 800 millions d'onces d'argent ont été extraits par le secteur minier; alors que la demande se situait à environ 1 milliard. Le déficit de 200 millions d'onces a été couvert, d'une part, par de l'argent recyclé pour un montant d'environ 100 millions d'onces et, d'autre part, par les réserves d'argent existantes, qui ont ainsi été réduites en conséquence.

Au cours des 10 dernières années, environ 500 millions d'onces d'argent ont été consommées plus qu’elles n'ont été extraites - au détriment des réserves d'argent existantes et avec une production annuelle mondiale d'argent en baisse depuis 2016 (point culminant de la production d'argent d'environ 895 millions d'onces en 2015), ainsi qu'un creux de 25 ans de la quantité d'argent recyclé (environ 100 millions d'onces)!

Par exemple, dans le cadre de la transition imposée par la politique de la propulsion des voitures avec du combustible fossile vers les véhicules électriques, juste pour ne citer qu’un exemple, on utilisera trois fois plus d'argent par automobile que pour les voitures classiques. Le marché automobile représentera à lui seul une composante croissante de la demande d'argent physique dans les années à venir. Keith Neumeyer, fondateur et PDG de First Majestic, l'un des plus importants producteurs d'argent avec un site de production au Mexique et une évaluation actuelle de la société d'à peu près 2,2 milliards de dollars américains, s'attend à ce que les cours de l'argent se situent dans une zone à trois chiffres, pour la simple raison que l'argent devrait être évalué par rapport à l'or selon le ratio de production actuel, à savoir 8 à 1 - et non de 85 à 1, comme il est négocié actuellement.

Le cours des actions continue d'augmenter. De nouveaux sommets ont été récemment atteints aux États-Unis. À 29 400 points, l'indice Dow Jones a atteint un nouveau niveau record. Le S&P 500 comme l’importune technologique NASDAQ Composite Index ont fait de même que le Dow Jones Index. Et ce, dans une faible conjoncture, donc probablement uniquement avec les bénéfices constants d'entreprises.

En Europe, il y a une image similaire; l’indice de référence allemand DAX comme le Swiss Market Index sont également proches de leurs plus hauts niveaux historiques. Est-ce que la conjoncture en Europe est aussi bonne que les bénéfices des entreprises ne cessent de croître?

Malheureusement non – en revanche les valorisations montent à un niveau plus que malsain. Mesurées par l'évaluation des entreprises américaines par rapport au PIB américain, le produit intérieur brut, elles ont maintenant à nouveau atteint le niveau vu pour la dernière fois en 1999/2000, le point culminant de l'euphorie/bulle Internet, qui a été suivi par un fort réveil et un cours des actions rogné de près du tiers après l'éclatement de la bulle, selon le graphique ci-dessous:

Les marchés semblent toujours être davantage portés par l’euphorie vers le haut; mais quelle euphorie? Il n'y a guère de fantaisie de cours à l'heure actuelle, car la croissance mondiale est visiblement en déclin. En fait, les banques centrales ont manifestement conçu un plan pour maintenir en vie la bulle des marchés financiers en y injectant continuellement de la nouvelle monnaie, à n’importe quel prix. Parce que les banquiers centraux sont conscients d'une chose: Si l'air s'échappe de l'actuelle bulle mondiale d'actions comme d'obligations, le système financier risque de s'effondrer.

À cet égard, on peut observer que la valeur de la monnaie est de moins en moins "valorisée". C’est ainsi par exemple, que Ray Dario, un analyste financier américain très renommé et un investisseur milliardaire, a décrit la monnaie comme une poubelle (original : Cash is Trash) lors d’une interview accordée durant le sommet économique mondial de Davos de cette année, car on est obligé d’investir la monnaie dans des "actifs tangibles" tels que l’or, parce que les banques centrales imprimeront encore plus de monnaie et que les déficits des états du monde entier continueront d’augmenter. Les taux d'intérêt négatifs sont les dispositifs de choix des banquiers centraux.

Dans la théorie des marchés financiers, le "cygne noir" est un messager de malheur. Il est notamment celui sous les ailes duquel se déclenche l'effondrement du système financier dont les fondations ont déjà été érodées. Personne ne sait à l'avance quel événement va réellement faire tomber en déséquilibre le système financier.

Est-ce que ce sera le Coronavirus sur lequel on rapporte et parle tant en ce moment? Les marchés réagissent déjà à la propagation prétendument rapide du virus de la Chine dans de nombreux pays avec des chiffres d'infection et de décès croissants et des cours en baisse. Si ce n’est pas le Coronavirus, ce sera un autre événement ; ce qui est certain, c'est que le cygne noir viendra, sous une forme ou sous une autre, maintenant ou dans un avenir prévisible.

 

Le graphique ci-dessus montre assez clairement – à nouveau à l'exemple des États-Unis, la nation économique pilote du monde - l'écart grandissant entre la dette nationale et le développement économique depuis l'abolition de l’étalon-or en 1971. Et comme une nouvelle dette signifie de la nouvelle monnaie, les devises se déprécient de plus en plus entre elles, surtout en rapport avec des actifs réels et rares tels que l'argent et l'or. Car l’évolution se déroulant aux États-Unis se reproduit souvent dans d'autres pays.

Comme le montre le graphique ci-dessous, la plupart des monnaies, mesurées en or, ont tôt ou tard perdu la majeure partie de leur pouvoir d'achat - avec la fin de la convertibilité en or du dollar américain en 1971, il y a eu un véritable effondrement du pouvoir d'achat des monnaies des devises  du monde entier. Cette situation se poursuit et pourrait s'aggraver dans les années à venir.

 

Comme soulevé ci-dessus, la dévaluation monétaire est étroitement liée avec l’inscription de nouvelles dettes et donc d'argent "frais" - le système monétaire mondial fonctionne de telle manière que derrière chaque nouvelle, respectivement chaque unité monétaire supplémentaire créées/imprimées, se trouve une autre unité de dette.

Depuis le 17 septembre, la Réserve fédérale américaine injecte à nouveau massivement de la monnaie dans le système financier. Auparavant, elle a essayé de réduire une extension considérable de son bilan, qui avait débuté dans le sillage de la crise financière de 2008, grâce à l’émission de nouvelle monnaie lié à l’acquisition d’emprunts obligataires de toute sorte d’espèces et solvabilités au début de l’année 2018.

Elle l'a fait en revendant à nouveau des obligations jusqu’à 50 milliards de dollars américains par mois, retirant ainsi des liquidités du marché. Cela s'est bien passé jusqu'à la mi-septembre 2019 lorsqu’un brusque changement de cap s’est produit, obligeant la Fed à injecter une quantité considérable de nouvelles liquidités dans le marché afin d’éviter de significatives pénuries de liquidités. Au cours des 4,5 mois depuis la mi-septembre, la Fed a ainsi de nouveau reconstitué environ 50% la réduction du bilan réalisée en 19 mois.

Que peut-on en déduire? Les marchés sont tributaires d'un afflux constant et peut-être croissant de nouvelles liquidités, sans lesquels le système financier dysfonctionnel et extrêmement malade ne peut plus s’en sortir. À l’avenir, de plus en plus de nouvelle monnaie sera créé et les taux d'intérêt ne pourront plus monter (du moins dans la mesure où les banques centrales peuvent l'empêcher). Jusqu’à ce que le système parte dans le mur - mais: le point où il aurait pu faire marche arrière se situe désormais loin derrière nous. Les banques centrales du monde entier injecteront tant de nouvelle monnaie, et par conséquent ayant de moins en moins de valeur, dans le système financier jusqu'à ce que l’appréciation de la monnaie ait complètement disparu. Ce que les banques centrales veulent éviter à tout prix: C’est un effondrement du marché des actions et des obligations, car la chute des valorisations qui en résulterait rendrait impossible le remboursement des dettes élevées d'un grand nombre d’acteurs du marché, lesquels ont tiré parti de leurs investissements par l’enregistrement d’emprunts de capitaux étrangers, qui ne seront plus payés, et les futurs prêts non performants constitueraient alors une menace aiguë pour le système financier.

De plus, la Réserve fédérale américaine doit encore ouvrir le robinet monétaire pour une autre raison. Depuis la fin 2018, on observe que les obligations d'État américaines nouvellement émises sont de moins en moins achetées par les investisseurs étrangers à mesure que la dette publique augmente, de plus le niveau des taux d'intérêt aux États-Unis qui s’élève actuellement à environ 1.6% à 10 ans est désormais aussi trop bas. Par ailleurs, les injections massives de liquidités dans le système financier américain par la Fed, qui ont débuté le 17 septembre 2019, montrent que les investisseurs nationaux n’ont plus de liquidités disponibles. En conséquence, la Réserve fédérale américaine doit racheter directement les nouvelles dettes du gouvernement américain. C'est le début de la fin de la force et probablement aussi de la fonction de monnaie principale du dollar américain.

Dans un marché libre, les taux d'intérêt augmenteraient dans ce scénario et briseraient le système financier encore plus rapidement. Un exemple: Si les taux d'intérêt au Japon augmentaient de 1%, la totalité du budget annuel de l’État ne devrait être consacrée qu'au paiement des intérêts de la dette publique du Japon.

L'Europe n'a rien à envier aux États-Unis; la Banque centrale européenne (BCE) manipule également les taux d'intérêt avec une juste évaluation de ses achats d'obligations d'État et d'entreprises, et escroque les épargnants avec des taux d’intérêts négatifs créés artificiellement sur leurs rendements. Pour cela, l'ancien président de la BCE, Mario Draghi, a même reçu la Croix fédérale du mérite! Dans le même temps, la BCE dévalue en permanence l'euro, et crée également un environnement de valorisation exagérée des actifs dont il n’y a pas non plus d’échappatoire. L'Europe est également dépendante d'une entrée de monnaie supplémentaire continue afin de ne pas tomber dans une récession, voire une dépression.

La Suisse détient 35% de ses réserves de devises en dollars américains et 39% en euros, principalement par le biais d’obligations d’États correspondantes. Des turbulences monétaires auraient un impact significatif sur la valeur du franc suisse, et lors de toute appréciation relative du franc suisse lors d’une crise monétaire aiguë, la banque centrale suisse BNS chercherait en tout cas à éviter de nuire à l’économie nationale d’exportation.

Nous voyons se produire sous nos yeux ce que Ludwig von Mises (1881 à 1973), le célèbre économiste austro-américain, avait déjà prédit plusieurs décennies auparavant : Lorsque les États financent de plus en plus leurs déficits en émettant de la nouvelle monnaie, le système monétaire s'effondrera tôt ou tard et la valeur de la monnaie deviendra à court ou long terme totalement sans valeur.

 

Il faut partir du principe, comme exposé ci-dessus, que de plus en plus de monnaie sera injecté dans le système financier. Jusqu'à présent, cette monnaie a surtout été absorbée par les marchés obligataires et des actions, dont les valorisations ont atteint des niveaux extrêmement malsains.

Il devrait y avoir de plus en plus un changement de mentalité afin que les vraies valeurs "tangibles" soient à nouveau découvertes. Alors que l'argent et l'or absorberont la perte de pouvoir d'achat des monnaies, ils devraient progressivement attirer l'attention des investisseurs mondiaux en tant que monnaie réelle, rare et généralement considérée comme de valeur. De nombreuses banques centrales ont déjà commencé à acheter de l'or ces dernières années. L'argent, dans l’ombre positif de l'or, devrait en profiter d’une manière disproportionnée en raison de sa valeur extrêmement avantageuse.

 

En premier lieu, il faudrait se désendetter autant que possible pour sortir des dettes et des capitaux empruntés.

En second lieu, il faudrait disposer d'une quantité suffisante d'onces d'argent avec un propre accès, accompagné de quelques onces d'or.

Ensuite, les liquidités non nécessaires devraient être investies dans de l'argent-métal sous une forme et de manière la plus sûre possible, qui pourrait aussi potentiellement à l’avenir échapper à une confiscation envisageable de l'or et peut-être même de l'argent.

 

Got Gold‘(anglais) plus précisément‚ avez-vous de l‘or et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’Aggée d’argent : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le Bon berger : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’Aggée d‘or :             Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés  d‘argent de  grande  pureté stockés dans un dépôt franc sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

 Cordiales salutations

Votre équipe de  BB WERTMETALL AG

 

Traduction faite par Pierre Parvex | 12.02.2020

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

 

5ème Newsletter 2019

Chers clients

Avec cette 5ème newsletter pour l'année 2019, nous souhaitons à nouveau vous informer des développements actuels sur le marché de l'argent et de l'or ainsi que sur les marchés financiers et monétaires internationaux.

Notre thème principal aujourd'hui : Une crise financière aiguë est-elle imminente?

Evolution du prix de l'argent et des métaux précieux en 2019 jusqu'à présent

Depuis le début de 2019, l'once d'argent (31,1 g pour une pureté de 999,9 g), mesurée en USD, vaut près de 13,2 % de plus. Quant au prix de l'once d'or, il a progressé autour de 16,1% depuis le début de l'année. En comparaison, le platine a une cote plus élevée d'environ 12,5 % et le palladium est en nette hausse de presque 39,5 %.

Le 17 septembre, la Réserve fédérale (Fed) a commencé à donner des centaines de milliards de dollars américains à des banques non spécifiées dans le cadre de ce que l'on appelle les Repo Loans (Repurchase Agreement - vente de placements de la banque contre un " crédit immédiat " de la Fed). Et ce, à un moment où, du moins en public, il n'est pas question de crise financière.

La Fed n'a fourni aucun nom des banques bénéficiaires, en particulier aux autorités de surveillance américaines, à la Commission des banques, du logement et des affaires urbaines du Sénat ou à la Commission des services financiers de la Chambre des représentants. Cette indifférence, respectivement ce rejet évident de la responsabilité de ces deux comités, est étonnant et se révèle cependant absolument identique à l’année 2007, lorsque la Fed a créé des billions – 1 billion égal un million de millions ou mille milliards – (29 billions de dollars US pour Wall Street et les banques mondiales) à partir de rien durant les années 2007 jusqu’à 2010 en appuyant sur un bouton, afin de sauver les pires acteurs et auteurs de la crise financière de la ruine ; même alors, les membres de ces comités ne semblaient pas vraiment intéressés à la cause de ces transactions très inhabituelles.

La Fed a donné ces fonds aux institutions financières, qui d’un autre côté  ne recevaient plus de moyens financiers parce qu'elles étaient considérées comme trop risquées et ne pouvaient être maintenues en vie que par les prêts de la Fed en tant que "prêteur en dernier ressort". Une institution financière qui réclame de tels moyens financiers a un problème, un problème aigu de liquidités et probablement aussi un problème de solvabilité.

En 2007, c'est surtout la grande banque américaine Citigroup qui a eu droit à 2,5 billions de dollars de crédits de la Fed durant la période de 2007 à 2010. A cette époque, Citigroup était considérée comme un "canard boiteux", à laquelle d'autres banques ne voulaient plus prêter d'argent, et elles ont examiné de très près qui était en relation d'affaires étroite avec Citigroup. On peut dire qu’en ce temps-là, Citigroup était la " maladie " qui a conduit à la crise financière, et que l'assureur américain AIG, puis la faillite de la grande banque américaine Lehman Brother, n'en étaient que les symptômes.

Ensemble, les quatre plus grandes banques américaines ont des dépôts de la clientèle de plus de 5,45 billions d’USD, dont 1,6 billions d’USD chez JPMorgan Chase, 1,44 billion d’USD chez Bank of America. 1,35 billions d’USD chezWells Fargo et bien 1 billion d’USD chez Citibank.

Avec de tels dépôts de clients dans les plus grandes banques, il devrait être possible à ce que des prêts en milliards de dollars puissent être accordés - sans que la Fed doive être utilisée comme le dernier prêteur d'argent possible. Lorsque ces banques ne veulent plus allouer de crédits, cela ne peut signifier que soit elles voient une crise financière majeure se profiler à l'horizon, soit que quelque chose de très préoccupant s'est déjà produit au sujet de leurs liquidités.

Les données accessibles au public montrent que JPMorgan a réduit au cours du premier semestre 2019 ses dépôts en espèces auprès de la Fed de 57%, soit 158 milliards de dollars. Avec des dépôts de la clientèle s'élevant dans l’ensemble à 1,6 billion de dollars, les deux comités susmentionnés auraient dû être très vigilants lorsque la plus grande banque américaine retirait des sommes d'argent aussi massives de la Fed.

Le 17 septembre 2019, les taux d'intérêt ont fortement augmenté pendant un court laps de temps dans ce segment, passant d'environ 2,25% à 10%. La raison supposée est un nouveau retrait de liquidités par JPMorgan. Cela a incité la Fed à injecter des milliards de dollars dans le système bancaire.

Le 15 octobre 2019, la Fed a débuté un vaste programme de liquidités afin d’approvisionner le marché de liquidités suffisantes. A cette fin, elle apportera 60 milliards de dollars par mois sur le marché par l'achat d'obligations d'Etat américaines, au moins jusqu'au 2ème trimestre 2020. Le montant mensuel doit être ajusté en fonction des besoins de liquidités du marché.

En faisant cela, la Fed devrait pouvoir jeter n’importe quelle quantité d’argent sur le marché pour maintenir son taux d’intérêt souhaité - sans ces manipulations massives, le taux d’intérêt, et pas seulement aux Etats-Unis, serait maintenant déjà considérablement plus élevé, avec simultanément un endettement massif et croissant. Les marchés sont de toute évidence dans un état désastreux, bien qu’au cours des dernières années et décennies, ils ont été inondés de liquidités nouvellement créées !

Il y a deux semaines, alors que le programme de liquidités d'urgence de plusieurs centaines de milliards de dollars de la Fed se trouvait dans la deuxième semaine, et avec cela la première opération de ce type effectuée depuis la crise financière de 2007, le siège de la Deutsche Bank à Francfort a déjà été fouillé pour la deuxième fois cette année  lors d’une opération de police. Une situation qui ne favorise pas la confiance des clients de la Deutsche Bank.

Le 24 septembre, lorsque l'opération de police a débuté à Francfort, la Fed de New York a offert 30 milliards de dollars de crédits d'urgence à 14 jours. Cependant, comme la demande était d'environ 60 milliards de dollars, la Fedde New York, l'une des douze branches de la banque centrale américaine (Fed), a étendu son offre à 60 milliards de dollars. Dans le même temps, la Fed a augmenté ses " prêts Repo au jour le jour " de 75 milliards de dollars US à 100 milliards d’USD par jour.

Avec un portefeuille de produits dérivés d’un ordre de grandeur de 49 billions de dollars (49 mille milliards d’USD), Deutsche Bank est aussi juste étroitement entremêlée avec les grandes banques de Wall Street, dont la défaillance aurait un impact systémique sur les autres banques importantes, en particulier aux Etats-Unis. Comme le montre le graphique ci-dessus, Deutsche Bank est la banque étrangère des États-Unis qui a le plus d’investissements là-bas.

On peut supposer ici que les mesures d'urgence de la Fed et le comportement de JPMorgan pour " mettre en sécurité " ses propres liquidités sont liées à la Deutsche Bank (nous avons signalé dans notre 4e Newsletter 2019 la sortie massive de liquidités de la Deutsche Bank de la part de Hedge Funds) et que la Fed garde également  la Deutsche Bank " liquide " avec des crédits d'urgence en raison de l'interdépendance du portefeuille de produits dérivés de la Deutsche Bank avec des contreparties américaines, dans un moment où sans doute d'autres grandes banques enterrent de plus en plus leur confiance en la Deutsche Bank et que celles d’entre elles qui sont des donneurs de crédit, ne plus vouloir être disponibles à en faire. Ce serait le cas si ces grandes banques avaient des doutes considérables quant à la survie de la Deutsche Bank. Malheureusement, l’évolution du cours de l’action de la Deutsche Bank laisse malheureusement peu d’autres suppositions.

Got Gold‘(anglais) plus précisément‚ avez-vous de l‘or et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’Aggée d’argent : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le Bon berger : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’Aggée d‘or :             Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés  d‘argent de  grande  pureté stockés dans un dépôt franc sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

 Cordiales salutations

Votre équipe de  BB WERTMETALL AG

 

Traduction faite par Pierre Parvex | 28.10.2019

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

 

4ème Newsletter 2019

Chers clients

Avec cette 4ème newsletter pour l'année 2019, nous souhaitons à nouveau vous informer des développements actuels sur le marché de l'argent et de l'or ainsi que sur les marchés financiers et monétaires internationaux.

Nos thèmes principaux sont la course à la dévaluation des devises - Race to the Bottom, et Bitcoin et les cryptomonnaies - greater fool theory? (en français : théorie du grand imbécile ? – selon laquelle un plus grand d’entre eux se lève encore chaque matin)

Evolution du prix de l'argent et des métaux précieux en 2019 jusqu’à ce jour

Depuis le début de 2019, l'once d'argent (31,1 g pour une pureté de 999,9 g), mesurée en USD, vaut près de 4,6 % de plus. Quant au prix de l'once d'or, il a progressé autour de 11,2% depuis le début de l'année. En comparaison, le platine a une cote plus élevée d'environ 6,4 % et le palladium est en nette hausse de presque 26 %.

Le graphique ci-dessous en dit déjà long : la plupart des principales devises des nations industrialisées perdent actuellement de la valeur par rapport au dollar. A souligner : Il ne s'agit que d'une représentation relative, qui ne montre ici que le "borgne parmi les aveugles". Comme le pouvoir d'achat du dollar américain est également en baisse, la plupart des autres monnaies perdent encore plus !

 

Mais cette force relative du dollar américain est une épine dans l’œil de l'homme le plus puissant sur cette terre. Il demande de plus en plus ouvertement à la Fed, la banque centrale américaine, une politique de dollar faible, notamment par le biais d’une baisse du taux directeur de la Réserve fédérale américaine. Bien que selon les statuts, la Fed est indépendante du gouvernement américain, le président en exercice de la Réserve fédérale américaine, Jérôme Powell, ne semble pas pouvoir échapper totalement à la pression du président américain Trump. Après quelques relèvements du taux d'intérêt au cours des dernières années, il a récemment annoncé la perspective d'une première réduction de ce taux, même si elle ne sera probablement que légère. Après les hausses de taux d'intérêt de la Fed de ces dernières années, l'écart de taux d'intérêt avec l'Europe et le Japon est devenu trop important, ce qui a renforcé le dollar américain et donné un avantage considérable aux pays exportateurs d'Europe, notamment l'Allemagne, ainsi que le Japon. Ceci serait une inversion de la politique des taux d'intérêt aux États-Unis, et simultanément une reconnaissance que l'économie américaine, tout comme la conjoncture globale, se dégrade actuellement de manière significative :

Les faibles chiffres d’affaires annoncés par les sociétés de logistique Fedex (USA) et DHL (filiale de Deutsche Post AG) sont par exemple un signe clair de recul conjoncturel. Dans son rapport sur le deuxième trimestre 2019, DHL décrit d’une part que l'activité d'importation chinoise perd de son élan, et que d’autre part, les exportations américaines ralentissent considérablement.

De même, le produit intérieur brut de la ville-état de Singapour, forte exportatrice, a chuté au cours de la même période. Par rapport au 1er trimestre 2019, la production économique a baissé de 3,4 % au deuxième trimestre, soit la plus forte diminution depuis 2012.

Alors que la plupart des médias financiers mettent la faute sur la guerre commerciale entre les USA et la Chine, responsable des données économiques négatives, cela paraît de notre point de vue très naïf. La croissance des dernières décennies a été en grande partie acquise par l’émission de nouvelles dettes.

Dans le graphique ci-dessous, on observe l'évolution de la dette américaine dans tous les secteurs du pays, qui est exemplaire de la progression de l‘endettement sur une base presque globale :

 

 

La dette augmente déjà de façon exponentielle, une évolution plus que sinistre, et ce dans la perspective d'une dernière phase d'expansion de l'économie mondiale d’environ 10 ans après la faillite de la grande banque américaine Lehman Brothers en 2008. Il est difficile d'imaginer comment la dette continuera d'évoluer si l'économie se calme sensiblement et que les recettes fiscales des États se trouvent considérablement réduites. À un moment donné, ce sera allé tellement loin, que le fardeau de la dette ne fera qu'étouffer tout développement économique positif.

Puis il arrivera que les monnaies perdent complètement leur "valeur", quelle qu'elle soit en ce moment. Seuls l'argent et l'or qui sont réellement existants rayonneront alors à nouveau de leur ancienne splendeur.

Les victimes de la dévaluation monétaire que l'on observe actuellement dans de nombreux lieux sont, d'une part, les épargnants, dont les dépôts d'argent dans les banques et les compagnies d'assurance ne sont plus guère rémunérés, respectivement crédités de plus aucun intérêt, voire même ponctionnés d’une pénalité par un intérêt négatif du fait qu’ils ont donné leur épargne, (souvent durement gagnée), aux banques et aux compagnies d’assurances afin qu’elles l’administrent en toute confiance. Tandis que des intérêts punitifs, que les épargnants paient à leur banque locale à partir d'un certain dépôt en espèces, sont déjà applicables dans une partie de la Suisse, les médias préparent maintenant les épargnants allemands à cette même procédure en Allemagne. Et ce, dans le contexte où les actifs financiers sont en outre "engloutis" par l’inflation.

D'autre part, les banques se retrouvent dans une situation de déséquilibre de plus en plus grande, car il devient de plus en plus difficile de générer des bénéfices à partir de l’octroi de crédits rémunérateurs d’intérêts. Ces recettes seraient nécessaires d'urgence pour compenser les prêts non performants.

À ce stade, nous avons souligné à maintes reprises qu'un environnement caractérisé par des taux d'intérêt constamment bas, respectivement même négatifs, est une situation insupportable à long terme et qu’inévitablement de fortes distorsions viendront dans les économies.

Jetons un rapide coup d'œil sur le cours de l'action de la Deutsche Bank, jadis une société modèle et toujours la plus grande institution financière d'Allemagne.

Dans le graphique ci-dessous, nous voyons l’évolution du cours de l’action de la Deutsche Bank, en comparaison avec celui de la banque américaine Lehmann Brothers qui est partie en faillite en 2008, et dont la banqueroute a presque failli provoquer l'effondrement du système financier mondial si les grandes banques centrales n'avaient pas injecté une quantité considérable de liquidités supplémentaires dans le système :

 

Etonnamment, et qui est plus qu’inquiétant, est qu’actuellement on observe une évolution très similaire; où cela nous mènera précisément n’est pas encore clair, toutefois cette évolution n'augure rien de bon.

En outre, il est également préoccupant que la Deutsche Bank se voit actuellement confrontée à ce qu’on appelle un "bank run"  (une ruée bancaire) : Les clients retirent des fonds substantiels de la banque face aux craintes croissantes que la Deutsche Bank ne subisse dans un avenir prévisible un sort similaire à celui vécu en son temps par la banque Lehman Brothers en 2008.

 

 

Cependant, cette fois-ci, ce ne sont pas des clients privés ou des entreprises, mais des Hedge funds rationnels qui, on l’entend dire depuis quelque temps déjà, retirent des dépôts de l'ordre de grandeur d'un milliard d'euros par jour. Étant donné que la Deutsche Bank se réorganise structurellement et que les activités de négoce seront nettement réduites, elle ne pourra naturellement plus guère entrer en question en tant que partenaire de ces Hedge funds pour leurs transactions boursières sur les actions. En outre, le risque de contrepartie (dit Counterpart-risk) est jugé comme élevé par la Deutsche Bank et les clients financiers sont de plus en plus attentifs à la solvabilité de leurs partenaires bancaires. Avec un portefeuille de produits dérivés hautement spéculatif de l’ordre de grandeur d'environ 45 billions d'Euros (45’000 milliards) dans les comptes de la Deutsche Bank, cette institution financière - malheureusement, avec toutes ses conséquences - semble condamnée à l'échec.

Après la grande banque américaine JPMorgan Chase, la Deutsche Bank, ensemble avec le Citigroup (également aux États-Unis), se classe au deuxième rang mondial de la plupart des banques d’importance systémique. En 2007 déjà, la spirale baissière de la Deutsche Bank a commencé à s'enclencher, comme le montre le graphique ci-dessous ; ce déroulement ne présage rien de bon ; même s’il n’est pas tout à fait aussi flagrant, l'indice des banques européennes est très similaire :

 

Lorsqu’une institution financière comme la Deutsche Bank menace de s'effondrer, qui pourrait la sauver ? L'État allemand ou même la Banque centrale européenne n'y parviendraient guère ou très difficilement, car les obligations financières de l'énorme portefeuille de produits dérivés, hormis les risques considérables du portefeuille de crédits, sont d'un ordre de grandeur financier tel qu’il ferait sauter l’ensemble des limites établies. Puis, une partie du château de cartes qui constitue le système financier actuel, bâti uniquement sur l’excès de la dette, s'effondrerait et entraînerait de nouvelles failles. Le fait que l'empereur ne porte plus de vêtements a maintenant été apparemment constaté avec effroi par les Hedge funds internationaux. Ainsi, le début de la fin pourrait probablement être en cours....

 

Quel est le réel dessein de ce qu'on appelle les cryptomonnaies ? Fondamentalement, le fondateur du Bitcoin a déclaré que le Bitcoin, et désormais aussi la longue série de cryptomonnaies alternatives, sont censées constituer une alternative transparente et non manipulable face aux systèmes monétaires orientés du monde.

La seule question est, quelle est la valeur d'une unité de cryptomonnaie ? Et par rapport à quelle monnaie nationale ? En fin de compte, on peut dire que la valeur intrinsèque d'une unité de cryptomonnaie n'existe qu'aux yeux de l’observateur, mais qu’elle n'a aucune valeur fondamentale hormis le coût de sa "création", c'est-à-dire l’utilisation, respectivement la consommation, de la puissance de calcul et d'électricité. La prétendue rareté des cryptomonnaies, en revanche, n'est qu'un leurre, car quiconque peut concevoir un algorithme correspondant peut finalement aussi publier sa propre cryptomonnaie à l'aide de la technologie Blockchain (chaînes de blocs). En cas de coupure d’électricité, cela devient difficile ; de plus, si un Etat interdit l’exploitation d’une bourse de cryptomonnaies, cela serait désastreux pour les propriétaires de ces valeurs.

La valeur des monnaies, comme le dollar américain, est en relation directe avec le prix de l'argent et de l'or. Les deux métaux précieux s’apprécient à long terme par rapport au dollar américain, tout comme vis-à-vis des autres monnaies. C’est un moment très opportun pour les gouvernements, lorsque l'attention des participants du marché est distraite par l'évolution du ratio USD/or et se concentre sur l'évolution des prix des cryptomonnaies par rapport au dollar. Ainsi, dans l’environnement actuel, les gouvernements pourraient avoir un certain intérêt à ce que les cryptomonnaies, emmenés par le Bitcoin, dominent les gros titres, car : les cryptomonnaies n’ont aucun rapport avec le dollar américain, contrairement à l'or ou à l'argent.

Les fluctuations massives du cours des bitcoins, par exemple, incitent de nombreuses personnes à les acheter dans l'espoir de pouvoir les revendre à un prix plus élevé à quelqu’un d’autre. Dans l'espoir que demain, quelqu'un se lève afin de racheter l'actif Bitcoin pourtant sans valeur à un prix plus élevé, avant que la spirale des prix n’évolue à nouveau à la baisse à une vitesse croissante.

Parce que : les dirigeants n'accepteront pas une cryptomonnaie sérieuse, qui pourrait représenter une véritable alternative aux monnaies d'Etat. Le géant américain de la technologie Facebook projette avec la Libra le lancement d’une cryptomonnaie qui, contrairement à Bitcoin, sera beaucoup plus étroitement liée à l'évolution du dollar américain ou de l'euro et qui ne sera pas gérée de manière décentralisée, mais uniquement par les opérateurs eux-mêmes, outre Facebook, ce sont Mastercard, Paypal, Uber et Spotify. Donald Trump, ainsi que d'autres politiciens et banquiers centraux de premier plan du monde occidental, se sont déjà prononcés en émettant d’importantes réserves à l’encontre de la Libra. Si celle-ci devait toutefois venir, alors ce ne serait probablement que dans une version édulcorée, sous l'accès direct des banques centrales occidentales, qui prendraient ainsi aussi le contrôle total sur cette Libra.

En résumé, on peut dire que tout au long de son histoire, l'humanité a constamment cherché des matériaux pour remplacer l'argent, entre-autres des pierres particulières, des coquillages, des crânes d'oiseaux et des bulbes de tulipes. Ces derniers étaient extrêmement populaires comme investissements au 17ème siècle. Ainsi, au cours de l'été 1636, pendant la spéculation sur les tulipes, on a payé un bulbe – calculé en valeur du dollar d’aujourd’hui – environ 20 USD. En janvier 1637, les spéculateurs payaient déjà près de 160 USD la pièce et jusqu'à 2 000 USD quelques semaines plus tard. Pour les bulbes de tulipes exotiques, jusqu’à 75 000 USD ont été dépensés selon la légende et les écrits !

La contre-valeur d'un bulbe de tulipe ? Presque rien ; la contre-valeur d'un Bitcoin ? Peut-être rien non plus, si ce n'est l'espoir que demain quelqu'un paiera encore plus cher pour un Bitcoin avant que la valeur, qui n'a rien à voir avec le monde économique réel, puisse encore s'effondrer.

‚Got Gold‘(anglais) plus précisément‚ avez-vous de l‘or et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’Aggée d’argent : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le Bon berger : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’Aggée d‘or : Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés  d‘argent  de  grande  pureté stockés dans un dépôt franc

sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

 Cordiales salutations

Votre équipe de  BB WERTMETALL AG

 

 

Traduction faite par Pierre Parvex | 27.08.2019

 

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

 

Lettre de nouvelles spéciale juin 2019 – Entretien avec ideaSpectrum

„L’argent-métal est le vrai argent!“

SYSTÈME FINANCIER

Le fardeau de la dette augmente dans le monde entier, les taux d'intérêt n’ont jamais été aussi bas : L’expert en matières premières et en placements Werner J. Ullmann voit notre monnaie en danger. En tant que PDG de BB Wertmetall, il travaille pour un système monétaire basé sur des principes bibliques, dit-il. La monnaie qui y figure : du granulé d'argent pur.

Par Stephan Lehmann-Maldonado

Ullmann, le "gourou des matières premières" Jim Rogers avait tellement gagné jusqu'à 38 ans qu'il voulait se concentrer sur le Dolcefarniente. Devez-vous encore travailler ?

Je veux et je peux encore travailler - avec une vision qui me motive beaucoup : une solution basée sur la bible pour les problèmes de notre système financier.

 

Pour  cela, vous vous engagez fortement à ce que des investisseurs privés et des PME investissent dans l’argent et l’or. Pourquoi?

Lors de la découverte d’un métal précieux, d'immenses valeurs émergent de quasiment rien. C’est semblable à la parabole de Jésus du trésor dans le champ, qu’un homme découvre et pour lequel il vend tout ce qu'il a afin d'acquérir le champ avec le trésor. Jésus pense en fait à un trésor spirituel, mais il utilise un exemple terrestre qui montre comment notre cœur fonctionne. Dieu nous a faits ainsi afin que nous aimions chercher des trésors. On le voit déjà avec les enfants. J'ai moi-même été sur différents continents avec des géologues renommés à la recherche d'or. Les vrais producteurs d’argent ne sont pas les banques centrales, mais les entreprises qui extraient de l’argent et de l’or. En revanche, nos monnaies papier sont purement une question de confiance - elles ne s’appuient plus sur des valeurs réelles.

 

"Le monde réclame des alternatives au système de paiement traditionnel."

 

L'ancien directeur d'une grande banque, Oswald Grübel, s'enthousiasme pour l'or. Vous préférez l'argent.

L'or a son propre charme et, en raison de la plus grande valeur de l'or par once, est un investissement idéal pour les banques centrales. Cependant, de nombreuses banques centrales investissent également dans l'argent. On peut par exemple supposer que la banque centrale chinoise a acquis d'importantes réserves d'argent. Mais la Bible cite toujours l'argent avant l'or. À l'époque, l'argent était considéré comme un moyen de paiement pour des choses du quotidien allant jusqu’à l’achat de terrains. L'or, lui, a principalement servi de moyen de préservation de biens de plus grande valeur. Dans l'histoire, l'étalon-argent, un système monétaire basé sur le dépôt d'argent, a joué un rôle important. Même si l'étalon-or s'appliquait, le rapport de la valeur de l'argent à celle de l'or était le facteur décisif.

 

L'entrepreneur minier Rob McEwen s'attend à une forte hausse du prix de l'or au cours des prochaines années. A-t-il raison ?

Si nous examinons les mouvements cycliques habituels de l'or, nous sortons du plus long "bear market" (marché baissier) de l'or en 77 ans. Rob McEwen s'attendait à ce qu'une période de hausse des cours débute vers 2016 pour une durée de neuf ans. L'un des moteurs du prix de l'or est que les investisseurs fuient vers des "ports sûrs". En tant que fondateur de l'une des sociétés minières aurifères couronnée de succès, Goldcorp, McEwen sait de quoi il parle. Je m'attends à ce que la phase ascendante actuelle puisse être en outre alimentée par les problèmes financiers considérables de nombreuses économies.

 

Quel est le potentiel de l’argent ?

Si la position initiale pour l'or est très bonne, elle l'est encore plus pour l'argent. Parce que les prix de l'argent et de l'or tendent toujours dans la même direction. L'évaluation la plus simple pour l'argent est le ratio or-argent - le rapport entre le prix de l'argent et celui de l'or. Actuellement, l'or est environ 84 fois plus cher que l'argent. Jusqu’à présent, avec une valeur aussi extrême, il n'a jamais fallu attendre longtemps avant que la relation se normalise sur une valeur comprise entre 35 et 40. Dans la croûte terrestre, l'argent est environ 17 fois plus abondant que l'or. Cela donne une indication pour l'évaluation. Historiquement, le facteur 15 du prix de l'or à celui de l'argent était la norme. Aujourd'hui, l'industrie "consomme" environ la moitié de l'argent extrait. Dans la plupart des cas, il est ensuite impossible de recycler cet argent. En revanche, l'or est souvent conservé sous forme de bijoux et détenu comme barres dans des coffres-fort. Les réserves d'argent effectivement disponibles sont donc bien inférieures à celles de l'or !

 

Comment les investisseurs devraient-ils investir dans l'argent ?

Tout d'abord, je vous recommande d'avoir une quantité raisonnable d'argent physique disponible dans votre propre zone d'accès. Je ne crois pas du tout aux dérivés sur métaux précieux ; dont au moins 100 fois plus d'or est vendu qu'il n'en existe. Les actions de sociétés minières sont une option pour les investisseurs qui peuvent et veulent accepter des fluctuations de valeur considérables. Les fonds de métaux précieux (ETF) peuvent être une alternative. Toutefois, les investisseurs devraient précisément vérifier si la marchandise est stockée à 100 pour cent sous une forme physique. Notre solution S-Deposito me semble la plus sûre. Les clients acquièrent ainsi des granulés d'argent - existants à 100 pour cent - et en outre exempts de TVA. Nous stockons les granulés d'argent dans un entrepôt suisse franc de douane, entièrement assuré.

 

Un investissement en argent physique est lié à des coûts de stockage.

Lorsque j'ai besoin physiquement de mon argent durant une crise financière, par exemple pour couvrir les achats de première nécessité, l'argent relativement bon marché dans les ETF ne me sert à rien. Dans les temps de crises aiguës, de nombreux pays ont aussi bien interdit l'or mais aussi partiellement l’argent. L'État a saisi des lingots et des pièces. Or, avec nos granulés d'argent, il s’agit d'argent pur, comme l’industrie en a besoin. Cette forme d'argent - contrairement à d’éventuels lingots  d'argent des ETF - ne peut pas être confisquée  car la matière première est indispensable pour de nombreuses applications modernes dans les domaines de la haute technologie et de la santé.

 

Le prix de l'argent fluctue fortement.

Depuis de nombreuses années, il y a plus d'argent qui est consommé qu’extrait. Il faut s'attendre à des fluctuations de prix supérieures à la moyenne. Nous considérons l'argent comme une forme d'investissement à long terme qui a conservé sa valeur intrinsèque pendant des décennies et des millénaires.

 

 

"Les réserves d'argent réellement disponibles sont bien inférieures à celles de l'or."

 

Vous avez mis en place un système d'échange alternatif pour les entreprises. Celui-ci est basé sur des granulés d'argent. Pourquoi les entreprises devraient-elles y participer ?

Le monde réclame des alternatives au système de paiement traditionnel. Ceci est démontré par la marée de monnaies cryptographiques, qui devraient représenter une alternative de monnaies non manipulables. Toutefois, ces monnaies numériques ne sont basées que sur des calculs informatiques. En temps de crise, les gens malins ont de tout temps encore échangé des "monnaies de substitution", qu'il s'agisse de cigarettes ou de conserves de poisson. Les entreprises participant à notre système d'échange S-Deposito ("système de troc "), peuvent investir leurs liquidités dans des granulés d'argent en dehors du système bancaire. D'autre part, ils peuvent maintenir l’activité professionnelle - même en cas d'effondrement monétaire.

 

Quels réactions recevez-vous des entreprises et des particuliers qui participent au troc ?

Les premières expériences ont été acquises avec une entreprise individuelle de commerce innovante et ses clients à Langenthal. Ce que celles-ci nous ont démontré : Que le système de troc peut facilement être intégré dans les activités quotidiennes de l’entreprise. Il existe des règles simples pour la comptabilité et la comptabilisation. Et lorsque les entreprises participent à notre système, cela renforce leurs relations commerciales. De plus en plus d'entreprises s'intéressent à notre système de troc.

 

La crise financière de 2008 a été une crise de la dette. Entre-temps, le poids de la dette mondiale s'est accru. L’apocalypse financière se tient-elle devant nous ?

Toutes les dettes doivent être soldées un jour. Oui, je présume que nous allons voir un effondrement économique. Le fardeau de la dette mondiale représente désormais plus du triple de la production économique mondiale annuelle. Quand Jésus a insisté sur le fait que nous devrions être de sages administrateurs, il a également parlé d'une gestion responsable en matière de finances. La Bible nous met en garde contre les dettes et nous demande de sortir le plus rapidement possible des situations d’endettement. Des banques centrales prennent actuellement les devants en achetant des quantités massives d'or. Pourquoi les chrétiens n'achètent-ils pas quelque chose ayant une valeur intrinsèque lorsque les signes des temps sont si clairs ?

 

"Pourquoi les chrétiens n'achètent-ils pas de la valeur réelle selon les signes du temps ?"

 

L'inflation est-elle plus élevée à ce que les chiffres officiels veulent nous le faire croire ?

C'est ce que je présume. Pour les Etats-Unis, le site internet shadowstats.com fournit une appréciation du taux d'inflation actuel possible. Là, celui-ci est officiellement un peu en dessous de 2 %. En revanche, le taux d'inflation américain s’élève aujourd'hui à au moins 5 % si l'on utilise la méthodologie de 1990 pour calculer l'inflation. Sur la base de la méthode de calcul utilisée en 1980, le taux d'inflation aux Etats-Unis s’élève aujourd'hui même à un peu moins de 10 % ! De toute évidence, les offices ont modifié à plusieurs reprises la méthode de calcul du taux d'inflation afin de dissimuler les hausses de prix pour les consommateurs. Mais l'inflation est là et dévore les actifs des gens - surtout en période de taux d'intérêt bas.

 

Depuis l'introduction de l'euro en 1999, les taux d'intérêt ont baissé si profondément comme jamais dans le passé.

La baisse des taux d'intérêt n'est pas liée à l'introduction de l'euro. Tout d’abord, ce sont plutôt les taux d'intérêt en Allemagne qui sont montés, tandis que dans les pays du sud ils ont nettement diminués, ce qui a causé une immense bulle immobilière dans des pays comme l'Espagne, suivi d’une crise de la dette. Ce qui s'est passé en Espagne s'est alors presque étendu à l’ensemble du monde : les baisses de taux d'intérêt directeurs des banques centrales occidentales ont déclenché une bulle sans précédent dans presque toutes les classes d'actifs - à l'exception de l'argent et de l'or – dans l'histoire. Dans le même temps, la dette des États, des entreprises et des ménages a explosé. Pour maintenir ces immenses montagnes de dettes finançables, les taux d'intérêt doivent rester bas, sinon la bulle éclatera encore plus rapidement.

 

Kenneth Rogoff, économiste vedette de Harvard, préconise vivement des taux d'intérêt négatifs allant jusqu'à moins 6 %. Sommes-nous devenus fous ?

Il est déjà écrit dans l'Epître aux Romains (chapitre 1, versets 20 à 23) que la raison humaine s'obscurcit quand on oublie Dieu. Rogoff plaide pour un taux d'intérêt négatif à caractère fiscal. Dans le même temps, la demande d'abolition de l'argent liquide se fait de plus en plus pressante. Ces deux mesures conduiraient à l'expropriation forcée des citoyens – desquels l'État et les banques en difficulté pourraient probablement se partager le bénéfice. La Suède a pris un rôle de pionnier en matière d'abolition de l'argent liquide. Lorsqu'il n'y a plus d'argent liquide, l'État a le plein contrôle sur les actifs de ses citoyens. Par conséquent, je pense qu'il est sensé de retirer une bonne partie de ses actifs du système financier.

 

Vous argumentez souvent avec la Bible. Et bien Jacques dit cependant : "Votre or et votre argent sont rouillés; et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous... ". Et l'apôtre Pierre écrit : "…sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés…".

Les deux disciples de Jésus se réfèrent ici à la signification de l'argent et de l'or comme monnaie, mais montrent aussi que notre salut n'est pas basé sur les biens terrestres, mais sur le pouvoir rédempteur du sang de Jésus. Nous ne devrions accrocher notre cœur ni à l'argent ni à l'or. Pourtant, en tant qu’êtres humains, nous restons aussi des sujets économiques. En tant que tels, nous devons agir avec sagesse dans la gestion du temps de notre vie terrestre.

Merci beaucoup pour l'entretien.

 

 

 

Werner J. Ullmann

Werner J. Ullmann est le CEO de BB Wertmetall AG depuis fin 2015. En tant qu’étudiant diplômé de l’école supérieure de commerce, il a appris les affaires de placement en commençant en bas de l’échelle. M. Ullmann a travaillé en tant qu'analyste en actions et conseiller en fonds ainsi qu'en tant que consultant pour divers fonds miniers d'or et d'argent. Il a également créé des sociétés d'exploration d’or cotées en bourse dont il a été membre du comité de direction. Dans les milieux professionnels il s'est notamment fait un nom parmi les experts en tant qu'auteur du livre "Profit mit Rohstoffen" ("Profit avec des matières premières"). BB Wertmetall AG développe des produits en métaux précieux uniques en leur genre sur le marché : Ce sont les solutions S-Deposito, respectivement S-Deposito light. Ainsi, les investisseurs et les entreprises investissent directement dans des granulés d'argent pur, qui sont stockés dans un entrepôt suisse franc de douane. Parallèlement, des transactions d’échange peuvent être facilement réalisées avec d'autres propriétaires de S-Deposito ("système de troc").

 

 

2ème Newsletter 2019

Chers clients

Avec cette 2èmenewsletter pour l’année 2019, nous souhaitons à nouveau vous informer de la situation actuelle sur le marché de l’argent-métal et de l’or.

L'or monte en faveur des banques centrales - maintenant aussi officiellement

Comme on peut l’apprendre de plusieurs sources, la BRI, la Banque des règlements internationaux qui a son siège à Bâle en Suisse, et qui est également désignée la banque des banques centrales, fera un pas historique significatif  le 29 mars 2019, donc exactement au jour fixé - valable il y a encore peu - du retrait de la Grande-Bretagne de l’UE :

A partir de cette date, les banques centrales pourront établir leurs bilans avec leurs avoirs en or en tant que réserves monétaires conformément à la réglementation bancaire Bâle III entrée en vigueur en 2014 ; ainsi l'or recevra la même importance que seules ont actuellement les réserves en devises (par exemple US-dollar, EURO) et certaines obligations souveraines. L'or recevra de ce fait à nouveau son caractère de monnaie officielle et constituera un pas significatif de l'évaluation de l'or après son détachement de la monnaie en 1971, lorsque le président Nixon a mis fin à l'étalon-or qui était en vigueur depuis près de 60 ans.

Comme le rapporte le journal financier italien " Il Sole / 24 Ore ", cette valorisation de l'or qui entre en vigueur, porte le consentement de la Réserve fédérale américaine, de la Banque centrale européenne, de la Banque centrale allemande, de la Banque d'Angleterre et de la Banque de France.

Dans ce contexte, il est intéressant de noter que 641 tonnes d’or ont été acquis en 2018 par les banques centrales sur tous les continents, soit le double de la quantité en comparaison de 2017, soit  autant en un an que depuis 1971. De plus, ces dernières années ce sont environ 7 000 tonnes d'or qui ont été transférés des coffres de la Fed américaine et à peu près 400 tonnes de la Banque d'Angleterre pour être rendu à leurs propriétaires.

On considère normalement qu’avec de tels mouvements d'or, le prix de ce métal précieux aurait dû énormément renchérir ; néanmoins, mesuré en dollars américains, sa valeur a enregistré une chute du prix de 7% en 2018.

Comme nous l'avons déjàsouvent suspecté à ce stade, le journal économiquement renommé " Il Sole / 24 Ore " écrit maintenant que les banques centrales internationales, spécifiquement au travers du négoce d'or " fabriqué artificiellement ", c'est-à-dire des contrats d’or sous forme de papier, auraient pesé sur le prix de l’or via la bourse de matières premières de Londres et de New York, où s'effectuent environ 90% de ce négoce, pour faire pression sur le prix de l’or afin de faire baisser son prix - et parallèlement celui de l'argent – et constituer des réserves d’or à prix avantageux.

Ce que cela pourrait précisément signifier pour le prix de l’or dès le 29.03.2091 est difficile à prédire. Ce qui devrait cependant certainement se produire avec cette mesure, est qu’une revalorisation de l’or, et donc aussi de l’argent, pourrait avoir lieu dans la perception des acteurs du marché à laquelle est également associée une demande croissante de ces différents intervenants. Comme la prochaine crise financière se trouve à la porte, ce que nous avons indiqué à maintes reprises, l’endettement mondial toujours croissant arrivera à un point tel que le château de cartes s'effondrera.

Ce problème d’endettement massif ne pourrait, comme l'argumente le journaliste économique américain James Sinklair, être absorbé que par la remonétisation de l’or dans les bilans des banques centrales internationales, associé à une revalorisation drastique du prix de l'or. Cela signifierait simultanément un éloignement du système monétaire international du dollar américain. Ainsi plus ou moins récemment, la Russie a procédé à la vente de ses restes de réserves de devises en dollars américains et a réinvesti le produit de celle-ci en or.

Il est donc possible que la manipulation et le plafonnement évidents du prix de l'or soient abrogés  dès fin mars 2019, car cela ferait beaucoup de bien à tous les bilans des banques centrales impliquées, si des valeurs réelles revalorisaient le poste des actifs.

Si l’on suppose qu’à la suite de ce pas, un nouveau type d'étalon-or sera introduit, on pourrait sérieusement se tromper. De toutes les banques centrales ou gouvernements concernés, nous ne voyons aucun signe de l’instauration d'une plus grande discipline financière et budgétaire. Avec la nouvelle réglementation pour la comptabilisation des réserves d’or, la valeur des immenses dettes pourrait plutôt être " absorbée " si le prix de l'or devait drastiquement s'apprécier et ainsi constituer une nouvelle fois une autre base de départ pour de nouveaux crédits et de dettes, lesquels seraient pompés dans le système.

Néanmoins, cela offrirait l'avantage que le prix de l'or et de l'argent-métal augmenterait alors immédiatement à mesure que la monnaie serait nouvellement émise. Car les gouvernements,étant donné l’endettement élevé insoutenable,n'auraient alors d’autre alternative que de continuer à dévaluer leurs monnaies.

‚Got Gold‘(anglais) plus précisément ‚avez-vous de l‘or et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’‚Aggée d’argent‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le ‚Bon berger‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’‚Aggée d‘or‘ : Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés d‘argent de grande pureté stockés dans un dépôt franc

sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

Cordiales salutations

Votre équipe de  BB WERTMETALL AG

Traduction faite par Pierre Parvex | 01.03.2019

 

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

1ère Newsletter 2019

Chers clients

Avec cette 1ère newsletter pour l’année 2019, nous souhaitons à nouveau vous informer de la situation actuelle sur le marché de l’argent-métal et de l’or, ainsi que sur l'évolution actuelle des marchés financiers. et vous donner un aperçu consolidé des marchés financiers.

Evolution des prix de l'argent et des métaux précieux en 2019 jusqu'à présent

Depuis le début de l’année 2019, l'once d'argent (31,1 g pour une pureté de 999,9), mesurée en USD, a baissé de près de 1,8 %. Quant au prix d’une once d'or, il a augmenté d'environ 0,8 % depuis le début de l'année. En comparaison, le platine est monté de quelque 2,1 % et le palladium est en nette hausse d’environ 25,8 %.

Comme dans les années passées, un autre déficit est attendu sur le marché de l’argent dans le courant de l’année 2019, qui pourrait même s’avérer être encore plus élevé en comparaison aux années 2017 et 2018. Cela signifie que plus d’argent sera utilisé, respectivement consommé que nouvellement extrait, et qu’ainsi les réserves existantes continueront à se réduire. L'offre continue donc de diminuer.

 

Le graphique ci-dessus le montre de manière impressionnante. Comme illustré, le marché de l'argent physique est déficitaire depuis de nombreuses années. Alors que l'utilisation industrielle de l'argent est en constante augmentation et absorbe pour l’heure environ 50% de l'offre, du côté des  investisseurs l’argent est considéré - encore plus que l'or - comme un investissement de crise. Si les risques financiers, monétaires et politiques mondiaux continuaient de croître, la demande de métaux précieux, en particulier d'argent, augmenterait sans doute aussi inévitablement de manière significative. Pendant une offre globale en baisse.

Les réserves d'argent provenant de l’argent recyclé, dénommées Scrap Silver, continuent de surcroît à se réduire. Alors qu'en 2011 il restait encore 261 millions d'onces disponibles provenant de l'argent recyclé, cette composante de l'offre a été réduite à presque seulement la moitié en 2017, à 138 millions d'onces.

Dans l'environnement actuel du marché, les investisseurs vont de plus en plus à la recherche  de dénommés Safe-Haven-Investments, qui présentent simultanément une sous-évaluation. L’argent est de notre point de vue l'investissement pour les temps de crise, qui, dans le même temps, est clairement sous-évalué et présente une situation très positive d'offre/de demande du point de vue de l'acheteur.

Les chiffres de production de l'argent provenant de l'exploitation minière sont également en recul, en raison du bas prix pour lequel une société minière d'argent peut difficilement réaliser des profits durables, et encore moins identifier de nouveaux gisements ou mettre de nouvelles mines en production. Il en va de même pour la production de métaux de base. L'argent est principalement obtenu comme sous-produit de la production de zinc, de plomb ou de cuivre. Les prix de ces métaux ne permettent actuellement pas aux exploitants miniers de se développer et d’ainsi extraire plus d'argent. On peut ainsi facilement s'imaginer que lors du développement d’une crise financière et monétaire, la demande d'investissement pour l'argent augmenterait à un tel point que, malgré la baisse prévue de la demande du secteur industriel, le prix de l'argent devrait augmenter de façon significative.

Fermeture de mines d'argent également dans le contexte actuel du marché

Un exemple actuel que la production d’argent est difficile avec le niveau du prix de l’argent en ce moment, est la mine d’argent et d’or d’Arcata à Arequipa, au sud du Pérou. L’exploitant de la mine est la société minière d'argent Hochschild Mining, cotée à la Bourse de Londres avec une valeur marchande qui s'élève actuellement à plus de 1 milliard de livres. Il y a quelques jours, la société a annoncé que cette mine serait complètement fermée au cours du deuxième trimestre de 2019 afin d’ajuster la production en raison d’un prix trop bas de l’argent. En 2018, près de 6,25 millions d'onces d'argent et quelque 20 000 onces d'or y ont encore été extraites. La première production sur Arcata remonte à l’année 1964 déjà. Le prix de l'argent doit donc nettement remonter pour maintenir le volume actuel d’extraction annuelle d’argent.

Depuis le début des années 1970, le dollar américain jouit presque sans restriction au niveau international du caractère dominant de monnaie de réserve et de monnaie de crises. Toutefois, il semble ici que le statuquo chancèle. Comme le montre le graphique ci-dessous, les investisseurs étrangers ont multipliés les ventes d’actifs libellés en dollars américains depuis 2014-2015. Une raison à cela pourrait être le piteux état croissant des finances publiques américaines, qui avec une dette publique actuelle d’environ 22 billions de US-dollars, ont atteint un nouveau niveau record et qui devraient l’augmenter dans l’année en cours d’un incroyable 1,5 billion US-$ supplémentaire.

 

Source: zerohedge: foreigners dumped record amount of treasuries

L'autre raison est que, malgré la récente hausse des taux d’intérêt US, les rendements des obligations d'État américaines à 10 ans sont presque négatifs pour les investisseurs en EUR ou en Yen après les coûts de couverture de change

Cependant, il n’y a guère de réelles alternatives à l’US-dollar parmi les autres monnaies. L’EURO, en raison de la dette publique dans certains pays de l'UE, en particulier en Italie et en Grèce, se montre faible dans ses fondements. Le Yen offre aux investisseurs un rendement proche de zéro pour cent, et en plus la dette nationale du Japon s'élève entre-temps à environ 236% du produit national brut annuel (base d’estimation à fin 2018) et constitue ainsi la peu glorieuse lanterne rouge internationale. En comparaison avec cela, le piteux état des dettes publiques italiennes qui se situent autour de 132% du PIB, alors que celles de la Grèce s’élèvent à environ 179%.

Quant au Franc suisse, les investisseurs ne peuvent également n’attendre aucune rémunération pour l’instant, bien que le Franc suisse pourrait en principe actuellement assumer la fonction de monnaie de crise, toutefoisla Banque nationale suisse, comme soutien à l’économie suisse, empêche avec tous ses moyens disponibles une réévaluation afin de ne pas menacer l'industrie exportatrice.

Il ne faut cependant pas négliger ici, que la Suisse démontre des valeurs mondiales record par rapport à la dette par habitant dans le domaine hypothécaire. Une crise dans le marché immobilier indigène ébranlerait la place financière suisse dans ses fondations. Globalement, l'endettement des ménages privés en Suisse représente près de 130 % du produit national brut annuel (en comparaison de 58,7 % dans la zone euro), soit la valeur record internationale. S’il devait y avoir une crise sur le marché immobilier suisse, le franc suisse devrait se retrouver sous pression.

Les monnaies sont de plus en plus dans un état déplorable, les faiblesses deviennent de plus en plus apparentes. La déclaration d'Alan Greenspan, l'ancien président de la banque centrale américaine Fed, est intéressante dans ce contexte : „If gold is a relic of history, why do Central Banks + the IMF still hold over $1 trillion of gold? If it’s meaningless, why is everybody still holding it?“. (Traduction: "Si l'or est une relique de l'histoire, pourquoi les banques centrales + le FMI détiennent-ils encore plus de 1 billion de dollars en or ? Si ça n'a pas de sens, pourquoi tout le monde en détient encore ?".) Ainsi, il démontre de manière simple et compréhensible, le fait que les banques centrales internationales et le FMI détiennent ensemble des stocks d'or d'une valeur supérieure à 1 000 milliards de dollars US et qu’il doit certainement y avoir une raison importante à cela !

Ainsi, les banques centrales continuent d’accroître leurs réserves d'or depuis 2009 dans la douleur post-traumatique de la crise financière de 2008 en raison de la faillite de la grande banque américaine Lehman Brothers, comme le reflète clairement le graphique figurant ci-dessous :

 

Pourquoi font-ils tout cela dans le monde ? Car, lorsque nous entendons du côté des gouvernements et des banques centrales que le système financier est stable et que, comme toujours, tout est sous contrôle, aurons-nous au moment où devrait surgir une grande crise, suffisamment de ressources et de voies pour y remédier ?

Apparemment, ils ne font pas tout à fait confiance à leurs propres paroles à propos de cette voie. Précisément, les têtes dirigeantes des banques centrales sont des têtes intelligentes et ont en règle générale une très bonne compréhension des systèmes monétaires ainsi que de l'historique de tous  les nombreux échecs monétaires dans l'histoire de l'humanité. Ainsi, ce tableau pourrait notamment tout particulièrement être devant leurs yeux :

 

Au cours du 20ème siècle, comme on peut facilement le constater ci-dessus, une monnaie après l'autre perdait la majeure partie, respectivement une partie significative de sa valeur totale, – l’une un peu plus tôt, l’autre un peu plus tard – comme à l’exemple de l’évolution de la valeur des monnaies en rapport avec l’or, qui se reflète ici très clairement (il en est de même pour l'argent). Un fait également intéressant, est que justement dans les temps de crise, la dépréciation d’une monnaie peut avoir lieu dans un court laps de temps, comme par exemple pour le Reichsmark dans les années 40 du siècle dernier. Malheureusement, les tensions géopolitiques s'exacerbent aussi actuellementà côté des risques financiers.

Important : Métaux précieux physiques, pas d’argent papier

A cet endroit, veuillez noter que vous devriez acquérir de l'argent et de l'or sous une forme physique effective, existante et stockée d’une façon sûre, et de prendre vos distances de chaque mode prétendument d’argent papier ou d’or, qui vous garantit seulement sur le papier la référence à l’argent ou l’or physiques. C’est qu’en cas d’urgence, cette garantie ne pourrait guère valoir le papier sur lequel cela figure écrit.

Ainsi à présent, selon des estimations d’experts du marché, au moins 100 fois plus d’or a été vendu sur papier que ce qui est réellement disponible physiquement, on peut supposer des chiffres analogues pour l’argent. Il viendra le moment où, les premiers détenteurs de cet argent papier ou d’or voudront exiger la livraison de leurs métaux précieux et devront nécessairement reconnaître qu'il n'y a malheureusement plus rien de disponible ou à peine une partie. La demande d'argent physique et d'or ainsi que leurs prix augmenteraient alors peut-être immédiatement de manière significative.

Au total, 189 États ont adhéré aux règles de l'Institution spécialisée des Nations Unies basée à Washington D.C., dont la tâche principale est la surveillance des politiques économiques de ses États membres. Le FMI souhaite ainsi contribuer à assurer la stabilité du système financier et monétaire international. Dans quelle mesure le FMI a à maintes fois illustré le sens de ses missions à propos de ce sujet, comme se satisfaire de la poursuite de l’’excès d’endettement en aucun cas soutenable, peut être jugé par chaque lecteur.

Récemment, a paru la désormais dite « Etude du FMI » avec l’avertissement que l’or, en tant qu’ "accélérateur de crises financières" en était la cause selon l'économiste du FMI Johannes Wiegand. Parce que : L'or serait une monnaie trop forte, qui ne permettrait pas aux banques centrales d’agir lors de crises en continuant avec des injections insensées de liquidités pour compenser le système monétaire. Il s'agit ici très clairement d'un renversement de la vérité, blâmant l'or au lieu de critiquer les politiques budgétaires dévastatrices de la plupart des pays membres du FMI, ceux qui, en attendant, sont responsables de finances publiques dans un très piteux état.

Ici, on se pose inévitablement la question : pourquoi le FMI fait-il lui-même autant confiance dans l'or ? Le FMI possède au total 90,5 millions d'onces d'or, d'une valeur de 120 milliards de dollars US, et depuis déjà des années n’a pas vendu une seule once de celles-ci. En revanche, chez l’observateur augmente plutôt l’impression que le FMI calcule déjà avec la prochaine crise financière massive et voudrait dire aux gens de continuer à faire de préférence confiance aux monnaies papier qui deviennent toujours moins valorisées plutôt qu’à l’or et à l’argent ; car : plus les gens commencent à investir leurs actifs dans l’argent et l’or, plus vite le système financier actuel pourrait s’effondrer.

Est-ce que le FMI prépare le contrôle total du patrimoine des ménages et des entreprises ?

La dernière proposition du FMI par sa présidente, Christine Lagarde, est la recommandation aux banques centrales des Etats membres de remplacer le système de papier-monnaie par des monnaies dites crypto. Cela signifierait, entre autres, la suppression de l'argent liquide, ce qui d'autre part, donnerait aux pouvoirs publics le contrôle total sur le patrimoine des ménages privés et des entreprises. La dévalorisation et la confiscation des actifs seraient alors possibles à tout moment et aussi très probables avec le temps.

Sur la base de cette recommandation, voici déjà que maintenant aux Etats-Unis des voix s’élèvent, qui partent du principe que si un tel système gouvernemental de crypto-monnaie devait être utilisé, que les êtres humains iraient ensuite à nouveau se rabattre sur le troc, donc sur l'échange de biens et de services sans argent, comme cela a été déjà souvent le cas dans les périodes de forte dévaluation monétaire, respectivement de difficultés économiques. Ainsi, l'économiste américain controversé Martin Armstrong suppose que le troc avec l'argent pourrait prendre une position dominante.

BB WERTMETALL y est ici pionnière avec son produit S-Deposito (light). Avec le S-Deposito, les participants peuvent facilement échanger des biens et des services et, en retour, payer avec du granulé d'argent en appuyant sur un bouton.

‚Got Gold‘(anglais) plus précisément ‚avez-vous de l‘or et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’‚Aggée d’argent‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le ‚Bon berger‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’‚Aggée d‘or‘ : Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés d‘argent de grande pureté stockés dans un dépôt franc

sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

Cordiales salutations

Votre équipe de  BB WERTMETALL AG

Traduction faite par Pierre Parvex | 01.03.2019

 

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

3ème Newsletter 2018

Chers clients,

Avec cette 3èmenewsletter pour l’année 2018, nous souhaitons à nouveau vous informer de la situation actuelle sur le marché de l’argent-métal et de l’or, et vous donner un aperçu consolidé des marchés financiers.

Evolution du prix de l‘argent-métal en 2018 jusqu’à présent

Depuis le début de l’année 2018, l’once d’argent-métal (31,1 g d’une pureté de 999,9), mesurée en dollars américains, a perdu près de 12,95 % de sa valeur. Dans le même laps de temps, le prix pour une once d’or cédait près de  5,40 %. En comparaison, le platine est en baisse de quelque 7% tandis que le palladium s’est nettement redressé et se négocie à environ 4% à la hausse.

Nous vous présentons ci-après la situation actuelle des marchés financiers au moyen de nombreux graphiques, selon la devise : "une image dit plus que 1’000 mots", comme on le dit si bien. En outre, nous vous expliquons chaque fois les messages clés des graphiques.

Comme le montre le graphique ci-dessous, la dette des pays du tiers monde est en forte hausse, en particulier la dette en dollars américains - depuis l’an 2000 d’environ 8’000 milliards de dollars US jusqu’à presque 50’000 milliards USD à ce jour. Avec une perte de change simultanée de leur monnaie par rapport au dollar américain, ces crédits deviendront de plus en plus insolvables et probablement finalement irrécouvrables.

L’exemple de la Turquie le montre : un nouvel endettement massif, accéléré par une perte de confiance dans la politique, exerce une pression massive sur la monnaie nationale, la livre turque :

  • plus de 40 % de perte de change en 2018
  • claire hausse des taux d’intérêts
  • marché des actions sous pression

 

 

À l’échelle mondiale, il s’avère qu’actuellement l’endettement massif d’environ 330 % de l’activité économique mondiale (PIB) se poursuit. Imaginez une entreprise avec une dette correspondant à 3,3 fois le chiffre d’affaires. Elle devrait rapidement accepter l’insolvabilité sans aucune condition, car dans une telle situation, les intérêts et l’amortissement ne pourraient jamais être payés. Et imaginez alors, qu’en plus, les taux d’intérêt augmenteraient simultanément…

Seuls les bas taux d’intérêts universels records (encore en partie persistants) font que cet immense fardeau de dettes puisse encore être quelque peu porté !

La dette des Etats-Unis s’élève actuellement à environ 21'000 milliards d’USD. Le niveau de la dette double en moyenne tous les 8,5 ans. Cela aboutirait à un scénario dramatique pour le futur :

2027:  42‘000 milliards USD?

2035:  84‘000 milliards USD?

2044:    168‘000 milliards USD?

Le développement de la dette fixe les tendances des prix des métaux précieux. Le graphique ci-dessous montre comment en fin de compte, l’évolution de la dette définit également l’évolution du prix de l’or et donc de l’argent-métal. Bien que les prix des métaux précieux fluctuent davantage, ils se déplacent finalement dans le sillage de la tendance de l’endettement.

Ce qui est aussi évident : C’est que l’or ainsi que l’argent-métal ont à présent un considérable potentiel de rattrapage de  prix : Selon le graphique, le prix de l’or devrait plutôt se situer à 2'000 USD, au lieu d’environ 1' 230 USD actuellement – et le prix de l’argent-métal entre 25 et 50 USD, si l'on suppose une fourchette du ratio or/argent-métal de 80 à 40.

Les bilans des banques centrales mondiales se sont extrêmement gonflés après la crise financière de 2008 par le rachat de nouvelles dettes des états, lesquels ont essayés d’empêcher un effondrement financier global. Mais la prochaine crise financière se trouve à la porte - comment les banques centrales se comporteront-elles lors de la prochaine crise financière ?

De nouvelles injections record d’argent dans les économies alors chancelantes, permettrait à la dette de continuer encore une fois de croître exponentiellement...

 

Les intérêts grimpent – tout au moins dans la plus grande économie du monde, les États-Unis d’Amérique. De toute évidence, la tendance à la baisse des taux d’intérêt de ces 30 dernières années est stoppée. Le prix de l’argent (bon marché) monte, doit monter, car le risque dans les monnaies augmente en raison de la hausse croissante de l’endettement.

Ce qui se passe aux États-Unis sur le marché des taux d’intérêt apparaîtra tôt ou tard aussi dans d’autres pays industrialisés. L’Italie est un excellent exemple : le piteux état du budget et le grossissement continu de la dette augmentent le risque des obligations d’état italiennes. Les investisseurs exigent pour cela une hausse de la prime de risque, sous la forme d’une majoration des taux d’intérêt. Beaucoup d’autres pays suivront, presque aucun pays ne pourra se dissocier de cette évolution.

La hausse des taux d’intérêt rend en outre l’accroissement de la dette de plus en plus difficilement supportable, et encore moins remboursable ! Tôt ou tard, l’économie s’effondre sous le fardeau de la dette.

Un nouvel endettement = de l’argent fraîchement imprimé dans une plus grande mesure que la croissance du PIB, provoque une inflation, respectivement une perte de pouvoir d’achat !

Une unité monétaire acquiert de moins en moins de biens, ou  les prix des produits augmentent en raison de la trop forte hausse de la masse monétaire. Une tendance est clairement perceptible dans les pays industrialisés : une autre unité de nouvelle dette paye toujours une unité de croissance économique de plus en plus petite. Et l’argent perd de la valeur.

 

Pendant l’époque de l’étalon-argent-métal - et de l'or (1720 - 1971), on a pu observer un pouvoir d'achat presque constant du dollar américain.

Ce n'est qu'après l'interdiction de la possession d'or et surtout après la fin de l'étalon-or (consignation de la monnaie avec de l’or ou de l’argent-métal - la monnaie était échangeable contre de l’or ou de l’argent-métal) que le pouvoir d'achat d'une unité monétaire tombe à près de zéro, comme on le voit ci-dessous dans l'exemple du dollar américain.

De là, la conclusion : l'argent-métal et l'or conservent leur pouvoir d'achat intrinsèque au fil des siècles !

 

Le dollar américain a été stable pendant des siècles en raison de la consignation de l’or -  respectivement de l'argent-métal, ce qui a été aboli en 1971 parce que trop de créanciers américains voulaient échanger leurs dollars contre de l’or, une valeur réelle. Les États-Unis auraient ainsi été en faillite. C’est pourquoi, à cette époque a débuté la création de dollars à partir de rien, qui a réduit de façon permanente le pouvoir d'achat et a fait progresser l’endettement à des niveaux insoupçonnés.

Depuis, les prix de l'or et de l'argent-métal ont connu un renchérissement significatif - la forte tendance à la hausse à long terme est intacte pour l'or et l'argent-métal et présage que les cours vont poursuivre une nette croissance.

La conclusion à en tirer : Que l’argent-métal et l'or vont de pair, que l'argent-métal montre des fluctuations plus prononcés que l'or, et qu’une revalorisation significative du prix de l'argent-métal est à prévoir dans les prochaines années.

Le rapport entre le prix de l'or et le prix de l'argent-métal est également désigné par le ratio or/argent. Cette valeur indique si l'argent-métal est bon marché ou cher par rapport à l'or. Ce ratio varie plus ou moins entre les deux valeurs extrêmes, d’environ 80 (lorsque l'argent-métal est extrêmement sous-évalué en comparaison à l'or) et d’environ 20-30 (lorsque l'argent-métal est très cher par rapport à l'or).

Actuellement, ce quotient est de presque 84, ce qui est caractéristique d’une sous-évaluation extrême de l'argent-métal par rapport à l'or ! Ce fait est remarquable, car presque chaque fois que ce ratio or/argent a évolué pour atteindre une valeur extrême dans cette zone de l'ordre de 80, respectivement lors d’un creux cyclique du prix de l’or, cela a permis à moyen terme à ce qu’ils se rejoignent. En d'autres termes, dans de telles relations, il est particulièrement prometteur d’être investit dans l'argent-métal, parce que la situation a souvent provoqué que lors d’une  hausse du prix de l'or, une hausse encore plus forte du prix de l'argent-métal a réduit ce ratio – mais avec les typiques fluctuations accrues de l’évolution du cours de l’argent-métal.

 

La conclusion : des valeurs extrêmes d'environ 80 et plus dans le ratio or/argent sont souvent  simultanément de très bons moment pour l’achat d'or - et encore mieux d’argent-métal !

Situation de départ aujourd'hui :

  • L'endettement croissant des pays du tiers monde et des pays industrialisés ne cesse de croître.
  • Hausse des taux d'intérêt en réaction à la progression de l'endettement et donc du risque croissant (de défaut).
  • Hausse de l'inflation ou perte progressive du pouvoir d'achat en raison de l'augmentation de la dette et, partant, de l'accroissement d’émission d’argent frais.
  • Hausse de l’inflation, respectivement de la perte progressive du pouvoir d’achat, en raison de la hausse de la dette et de l’accroissement d’émission d’argent frais.
  • Le déclin des monnaies peut particulièrement déjà être observé dans les pays du tiers monde.
  • La baisse du cours des actions dans les pays du tiers monde et maintenant aussi dans les pays industrialisés.
  • De plus : augmentation des risques politiques et économiques dans le monde entier (sanctions douanières et guerres économiques, Syrie/Iran/Russie/etc.).

Conséquences :

  • Nous observons une crise croissante dans les pays du tiers monde, cela a débuté par la Turquie.
  • Le débordement" de la crise financière à d'autres pays du tiers monde - ce processus est déjà en cours.
  • En fin de compte, la crise s'étendra aux pays industrialisés; l'Italie s'oriente déjà vers le mode crise en raison de la hausse significative des taux d'intérêt - avec les conséquences d'une récession/dépression mondiale due à un monde interconnecté et globalisé.
  • La politique des banques centrales en temps de crise sera celle que l'on connaît bien : Une expansion massive de la masse monétaire pour "sauver" les économies respectives - avec un endettement supplémentaire fatal.
  • L'inflation et la perte de pouvoir d'achat des monnaies continueront d'augmenter de manière significative, potentiellement ou inévitablement jusqu'à l'effondrement monétaire.
  • Les placements à haut risque sont particulièrement fortement vendus et évités, la sécurité ultime est de plus en plus achetée par la grande masse : l’argent et l’or.

‚Got Gold‘(anglais) plus précisément ‚avez-vous de l‘or et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’‚Aggée d’argent‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le ‚Bon berger‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’‚Aggée d‘or‘ : Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés d‘argent de grande pureté stockés dans un dépôt franc

sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Notre ambition

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

Cordiales salutations

 

Votre équipe de  BB WERTMETALL AG

Traduction faite par Pierre Parvex | 28.12.2018

 

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

2ème Newsletter 2018

Chers clients,

Avec cette 2èmenewsletter pour l’année 2018, nous souhaitons à nouveau vous informer de la situation actuelle sur le marché de l’argent-métal et de l’or, et vous donner un bref aperçu du développement économique récent.

Evolution du prix de l‘argent en 2018 jusqu’à ce jour

Depuis le début de l’année 2018, l’once d’argent (31,1 g avec une pureté de 999,9), mesurée en USD, cote juste 12.66 % de moins. Le prix pour une once d’or quant à lui a fléchi de 9,05 % depuis un an. En comparaison, le platine et le palladium cotent quelque 17 % de moins.

Dans notre 1èreNewsletter 2018, nous avions communiqué au sujet de comment l’argent et l’or font  partie de la vie quotidiennedepuis des temps mémoriaux, et où devraient se situer environ les prix planchers pour ces métaux.

Entre-temps, le prix de l’argent est tombé approximativement en dessous des coûts d’acquisition, c’est-à-dire du coût de revient pour la promotion et la production – et dès lors à un niveau de prix qui n’est en aucun cas viable et ne peut donc être de longue durée. Corrigée de l’inflation réelle, l’appréciation pour l’or – et analogiquement vous pouvez vous représenter cela pour l’appréciation de l’argent – cote actuellement à près de 1'200 USD l’once, soit proche de la valeur minimum historique des années 1999 et 2001 qui était à environ 250 USD l’once (l’USD et le CHF cotent actuellement presque 1 à 1). Si vous observez le graphique ci-dessous, qui représente l’évolution du prix de l’or, corrigé de l’inflation réelle, vous constaterez alors que nous sommes aujourd'hui proches du prix plancher de l’an 300. Juste en prenant la valeur nominale maximale que l’once a atteint en 1980 d’environ 850 USD, chaque once devrait être payée réellement environ 16'500 USD !

Pendant que les états occidentaux et les banques centrales essayent (encore) de maintenir bas le prix de l’argent et de l’or par tous les moyens, ils affrontent consciemment ou inconsciemment fortement les acteurs du marché asiatique,qui à présent acquièrent chaque once disponible, car ils savent que finalement seuls l’argent et l’or sont pérennisés depuis près de 6'000 ans.

Si nous parlons souvent à cette occasion du prix de l’or et de ses facteurs d’influence, voilà simplement pourquoi : c’est que le marché de l’or est significativement plus grand que le marché de l’argent-métal et définit la tendance des métaux précieux. Par conséquent, ce qui est vrai dans tout le grand marché de l’or, vaut en grande partie aussi pour l’argent.

Un autre fait remarquable apparaît actuellement sur le marché à terme,où les contrats or sur une base de papier sont échangés et qui détermine finalement pour le moment le prix, c’est qu’on observe ici, que pour les principaux acteurs du marché, appelés les Large Specs (Hedge-Funds, Managed Futures Funds,  fonds de conseillers et de gestionnaires, etc.) une situation a révélé que le prix plancher atteint par l’or n’a plus eu lieu depuis 2001. Ces Large Specs,ayant constaté une valorisation dramatique pour la première fois depuis 2001, lorsque le prix de l’or valait près de 250 USD l’once, et après presque 10 ans, se sont à nouveau pour la plupart positionné ‚short‘ (position vendeuse sur un actif financier) tandis que la majorité a spéculé sur la baisse continue des prix. Cependant, ce qui est considéré dans l’industrie financière comme ce que l'on appelle un contre-indicateur, on suppose que la majorité des acteurs du marché se trompe le plus souvent, respectivement lorsque la majorité des investisseurs spécule dans une direction, alors la probabilité d’un retournement est très grande, parce que le "gros capital" s’est déjà orienté dans une direction déterminée. Si ces positions doivent à nouveau être liquidées, cela signifie que de grandes quantités de capital poussent à nouveau dans d’autres sens les prix. Tout compte fait, une excellente base de départ pour des prix d’or et d’argent-métal croissants. Alors en 2001, lorsque cette constellation a prévalu en dernier, le prix de l’or est passé de près de 250 USD à un sommet de 1’911 USD l’once. De l’évolution du cours à long terme tel qu’indiqué ci-dessous, il faut également voir que le prix de l’or semble toutefois ‚consolidé‘, autrement dit ‚souffler‘, après l’immense rallye de 250 à un peu plus de 1’900 USD l’once en 10 ans Un renversement de tendance consiste ici nullement à reconnaître une évolution de cours. Et justement, lorsqu’un investissement est si peu aimé et recherché, tel que pour l’argent-métal et l’or en ce moment, c’est dans la plupart des cas ainsi, qu’une chance d’entrée avantageuse existe, juste aussi sous l’aspect que les risques globaux depuis 2011, lorsque l’or atteignait son dernier niveau le plus élevé, a progressé sur pratiquement tous les plans.
Le président américain Trump a promis beaucoup de choses durant sa campagne électorale, et il a aussi beaucoup tenu. L’un de ses buts est toutefois difficile pour lui en ce moment: Le chef d’état des USA souhaitait absolument atteindre un dollar américain faible. Et ce malgré son slogan de campagne électorale ‚America first‘. Cela démontre maintenant que ces deux objectifs se ‚mordent‘ ou s’opposent. Une Amérique forte signifie, du moins pour le moment, également un dollar américain fort, ou autrement dit, l’USD est actuellement le borgne parmi les aveugles (par rapport aux autres devises). A peine le président Trump fait un peu de pression sur les sanctions douanières, que les devises des pays qui ont une dette élevée cèdent comme des allumettes. Même avec une relative faible pression, ils ne sont pas à la hauteur. D’éminents exemples sont actuellement la Chine et surtout la Turquie, mais aux cotés desquelles il y a aussi l’Argentine, l’Afrique du Sud, le Brésil ou l’Indonésie. Pays dans lesquels les monnaies cèdent clairement, comme leurs marchés boursiers. Le capital est progressivement retiré de marchés considérés comme risqués et principalement investi en USD comme prétendument étant pour l’instant un refuge sûr.     Comme ici à l’exemple de la Turquie qui sera clair, si la monnaie nationale perd sensiblement de la valeur dans les prochains jours, ceci seulement en raison de sanctions relativement insignifiantes pour la Turquie de la part du gouvernement Trump comme moyen de pression pour la libération en Turquie d’un pasteur américain déterminé, soupçonné de soi-disant espionnage. Simultanément, le taux d’intérêt de la livre turque est passé d’à peu près 20 % à environ 25 % suite à l’enregistrement de nouvelles dettes, ainsi, l’inflation en Turquie s’élève actuellement à approximativement 16 %. Si la Turquie devait glisser dans une crise financière – respectivement économique, il y aurait alors une menace d’effets considérable sur d’autres pays, y compris l’UE, dont la monnaie cèderait simultanément par rapport à l’USD. Ainsi en Turquie, quelques banques italiennes sont engagées avec des crédits totaux équivalents à 17 Mrd USD, la France à titre d’exemple avec 38 Mrd USD et l’Espagne même avec 83 Mrd USD. Les liens de la Turquie avec l’Europe sont ici à nouveau clairs.

Ce qui rend les Etats-Unis si attrayants par rapport à l’USD est cependant douteux. L’endettement des USA s’élevait à fin juillet 2018 à près de $ 21,31 billions USD, soit près de 7 % ou environ 1,4 billions USD de plus que l’année précédente. La dette publique américaine augmente actuellement rapidement après que le président Trump ait réduit l’impôt sur les sociétés aux États-Unis de 35 à désormais 21 %. Cela crée un trou énorme dans le budget de cet état, qui doit être comblé avec de nouvelles dettes. Dans quelle mesure les futures recettes pourront compenser des investissements et des salaires plus élevés dans ce pays ne peut dans une certaine mesure actuellement pas être affirmé. Un ralentissement du PIB ou même une récession dans cette nation aurait un impact dévastateur sur le dollar, qui de notre point de vue, en raison de l’absence d’indicateurs de stabilité, ne peut en aucun cas être estimé comme un refuge sûr.

Que reste-t-il…? L’argent et de l’or, en face desquels il n’y a aucune dette, qui sont gagnés avec un grand effort comme des biens rares et convoités et qui représentent de l’argent réel depuis le début de l’histoire humaine.

‚Got Gold‘ (anglais) plus précisément ‚avez-vous de l‘or‘ et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits:

  • L’‚Aggée d’argent‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • Le ‚Bon berger‘ : Une once sous la forme de médaille d’argent ou de lingot
  • L’‚Aggée d‘or‘ : Une once sous la forme de lingot d’or
  • Le S-Deposito : Des granulés d‘argent de grande pureté stockés dans un dépôt franc

sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de conserver davantage de parts d’actifs et de manière sûre.

Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

Notre ambition

Les produits de notre société – l’argent et l’or – ont pour objectif de générer un véritable bien-être sur une base solide et durable. Cordialement, Votre équipe de BB WERTMETALL AG

Cordiales salutations

Votre équipe de BB WERTMETALL AG

 

Traduction faite par Pierre Parvex | 18.10.2018

 

Mention du risque et responsabilité

Cette offre rédactionnelle sert exclusivement à des fins d’information et ne doit en aucun cas être utilisée seule comme outil de décision pour des transactions financières quel qu’en soit la nature, tel que l’achat ou la vente de métaux précieux. La responsabilité pour des dommages patrimoniaux est catégoriquement exclue. Tout le contenu repose sur les informations et les sources que l’auteur et l’éditeur considèrent comme fiables et sérieuses. Néanmoins, aucune responsabilité ne peut être assumée pour la justesse du contenu. Les métaux précieux sont pour une partie soumis à des fluctuations et à des risques importants. Les parts de placement de la fortune ne devraient toujours s’élever à ce qu’également lors d’une perte sur le cours, l’ensemble du dépôt ne puisse perdre qu’une valeur marginale.

1ère Newsletter 2018

Chers clients,

Avec cette 1ère Newsletter de l’année 2018, nous voudrions à nouveau vous informer de la situation actuelle sur le marché de l'argent-métal, ainsi que vous démontrer encore une fois simplement pourquoi, de notre point de vue, l'argent représente actuellement précisément une forme très intéressante et durable d’investissement.

Evolution du prix de l’argent jusqu’en 2018

Depuis le début de l’année 2018, l’once d’argent-métal (31,1 g pour une pureté de 999,9), mesurée en dollars américains, cote près de 2,5% en moins. En comparaison, le prix pour une once d’or est monté de près de 2% depuis le début de l’année. Ici, il est visible qu’actuellement le prix de l’argent-métal reste encore en retrait en comparaison avec le prix de l’or et qu’il a même davantage accru sa sous-évaluation par rapport à l’or.

À une époque où les actions cotent encore toujours proches de leurs derniers niveaux record, la question qui revient sans cesse chez beaucoup de personnes est : pourquoi devrait-on investir dans l’argent-métal, car l’évolution de son cours durant les dernières années par rapport à d’autres formes de placement est plutôt restée en retrait ?
Quels sont les aspects qui parlent maintenant en faveur de l’argent-métal, une forme d’investissement qui comme l’or, remonte presque jusqu'aux origines de l’humanité ?
De mémoire d’homme, l’argent-métal a été, à côté de l’or, le ‚véritable argent‘ pour l'achat quotidien d’objets, jusqu'à des terrains. L’argent pur était pesé pour payer des biens ou des services. En outre, la richesse d’une famille était aussi mesurée en argent-métal. D'Abraham, on disait, qu’il était riche en bétail, argent et or. Ainsi, Abraham a payé 400 shekel d’argent pour le tombeau de sa défunte épouse Sarah, ce qui correspondrait aujourd’hui à une valeur équivalente d’environ 200 onces d’argent-métal ou près de CHF 4'000. Vers l’an 3'000 avant J.-C., l’argent-métal était aussi prisé que l’or en Mésopotamie. Plus tard, au 16ème siècle avant J.-C., les premières monnaies d'argent frappées ont alors été mises en circulation. Le Mexique et la Chine ont introduit plus tard le système monétaire soutenu par l’argent-métal, de même, il a quasiment existé de facto un étalon d’argent-métal aux États-Unis jusqu’en l’an 1834 qui a ensuite été remplacé par l’étalon-or. Même si beaucoup de gens pensent aujourd'hui que tout est « neige d’hier », comme le propagent également joyeusement les médias, on se trompe énormément. Actuellement, de nombreuses banques centrales achètent successivement de l'or et de l'argent comme « l’or des petites gens » ce qui signifie qu’ils marchent main dans la main. Les banques centrales de Russie, de Chine et de Turquie achètent plus ou moins ouvertement de l’or, pendant que la plupart des banques centrales occidentales se contentent d’émettre des quantités croissantes de papier et de monnaie scripturale et portent ainsi lentement, mais sûrement, le coup fatal au système monétaire actuel.
L'argent-métal et l’or sont des biens rares et remplissent ainsi l'un des critères principaux pour l'argent réel, à savoir un instrument sûr de conservation de valeur, simultanément accepté à l’international. C’est ainsi que les vieux alchimistes se sont aussi tellement efforcés de trouver la pierre philosophale, plus précisément de produire artificiellement de l’argent et de l’or, qui ne peut être réussi que par une pénible, risquée et très coûteuse extraction d’argent et de strates de roches aurifères contenant de l’or. Parce que l’extraction, respectivement la production d’argent et d’or à travers une utilisation considérable de matériaux, de machines, d’énergie et de forces de travail humaine est caractéristique, ces métaux précieux sont d’excellents indicateurs de l’inflation, car leurs coûts d’extraction augmentent lorsque augmente beaucoup les coûts des divers facteurs pour l’extraction.

La somme des coûts pour ces facteurs d'utilisation peut être lue comme une moyenne des coûts de production par once d’argent. De nombreux producteurs d’argent arrivent à la mesure ainsi dénommée "All-In-Sustaining-Costs", qui signifie tous les coûts d’exploitation – qui se montent actuellement à environ 17 USD par once d’argent-métal – prix bien entendu valable pour de l’argent brut non transformé, qui devra encore être premièrement amené au degré de pureté de 999.9 dans une fonderie, avant même à ce que l’on puisse penser à l'estampage des monnaies, etc.

Comme je viens de l’exposer, voilà pourquoi l’argent-métal, comme l’or, est un bien rare, parce qu’il doit être extrait avec beaucoup d’effort, de risques, de frais, de temps, etc. En moyenne, de toutes les 1000 nouvelles découvertes de matière première émanant des prospecteurs ou des géologues, seul un gisement de ceux-ci est statistiquement vu „assez bon“ pour être développé comme gisement admissible. Alors qu’il y a encore une décennie on supposait que depuis sa découverte il faudrait entre sept et douze ans pour qu’il devienne une mine exploitable, aujourd'hui ce sont jusqu'à 20 ans qui passent entre la découverte du gisement jusqu'à sa mise en activité. En outre, ces gisements de minerai se trouvent souvent dans des régions où les risques politiques sont généralement difficiles à calculer.

Fait intéressant, l'argent-métal et l’or conservent leur pouvoir d'achat à travers les millénaires, pendant que les monnaies souffrent d’une consomption constante. Ainsi, le dollar US a perdu environ 95% de sa valeur depuis la fondation de la banque privée d'émission américaine-US Fed en 1913. Lorsque le dollar US était couvert par de l’or, jusqu’en 1971, la dépréciation était plutôt marginale. Elle s’est accélérée avec le découplage entre l’or (l’argent réel) et la monnaie-papier (faux argent = contrefaçon ?) qui a eu lieu en 1971. Depuis lors, la perte du pouvoir d’achat du dollar a été au total d’environ 80 ! Cela augure déjà très fortement de la crise monétaire attendue.
Et cette évolution continue à se maintenir, et ceci aussi longtemps que la valeur nulle n’a pas été totalement atteinte. En revanche, l'argent-métal et l’or gardent un pouvoir d'achat constant. Des études montrent que dans l’empire romain, 1 élégante tunique coûtait approximativement 1 once d’or. Aujourd'hui aussi, on reçoit pour l'équivalent d’1 once d'or un élégant complet sur mesure. Ceci vaut également pour une automobile : en 1908 on pouvait acquérir pour l'équivalent de 41 onces d'or une Ford T; aujourd'hui, on reçoit pour 41 onces d'or une BMW 3 GT. Cette liste pourrait être continuée à volonté.
Ce qui s’applique à l’or, s’applique bien évidemment aussi à l’argent-métal, et ce particulièrement au long de ce siècle. Les deux métaux précieux évoluent toujours tendanciellement main dans la main. Dans l’écorce terrestre, l’argent-métal, avec 60 jusqu’à 80 milligrammes par tonne se trouve environ 15 fois plus fréquemment que l’or avec environ 4 à 5 mg/t. La valeur entre l’argent-métal et l’or a aussi bougé pendant longtemps dans ce rapport. Aujourd'hui cependant, à une époque où la politique cherche à contrôler les marchés financiers – une prétention qui est vouée à l’échec et qui va échouer - le dénommé ratio or/argent connaît un rapport de valeur entre l’or et l’argent qui a augmenté à environ 80. Ceci a été atteint grâce à des volumes de négociation extrêmement élevés de papier-or et d’argent-métal sur les marchés à terme. A cet égard, il faut tenir compte que l’argent connaît une utilisation nettement plus élevée que l’or dans la production industrielle (environ 55 %) et est donc « consommé ». Exprimé en chiffres, cela signifie que la quantité d’argent-métal extraite dans le monde a une contre-valeur d’environ seulement 17 milliards USD, tandis que la quantité comparable d’or, car il est peu consommé, se monte à environ 7,6 trillions USD. Avec cette approche, en termes de valeur, le ratio or/argent est même de 447 alors qu’il devrait plutôt correspondre aux ressources historiques et géologiques de 15 !
Spécialement intéressant à présent : au cours des 20 dernières années, il n’y a eu un ratio or/argent si élevé à près de 80 que peu de fois : en 2003, en 2009, en 2016 et maintenant à nouveau en 2018. De 2003 à 2006 ce ratio est revenu à environ 45, puis de 2009 il s’est réduit à presque 30 en 2011. Rien que cela nous montre que si l'or devait avoir une cote constante dans les prochaines années, le prix de l'argent-métal pourrait approximativement doubler. Et on peut facilement calculer avec les cinq doigts ce qui se passerait si le prix de l’or continuait sa tendance à la hausse. Cela montre ici que l'avenir de l'argent-métal est vraiment „d’or“! C’est pour cela que de notre point de vue, il est bon de posséder de l'or, mais clairement encore mieux d'investir dans l'argent-métal.
Même si nous voyons s’éloigner l’horizon de la prochaine crise monétaire en raison de l’accumulation continue d’immenses montagnes de dettes mondiales, il nous apparaît que la possession d’argent-métal et tout particulièrement sous la forme de granulés d’argent-métal, comme cela peut être acquis avec notre produit S-Deposito dans le dépôt suisse franc de douane, est prometteuse. Même dans un cas extrême, un temps d'interdiction de posséder de l'or, comme cela a toujours été vu lors de crises monétaires aggravées, cette forme d’argent-métal pur ne devrait guère pouvoir être interdite, car elle est principalement affectée à un emploi industriel. Grande puissance asiatique dominante, la Chine aussi fait publiquement campagne pour l'investissement de ses citoyens dans l'argent ainsi que dans l’or, et serait ainsi un important pôle opposé à une interdiction occidentale.

Il se pourrait que le très fort intérêt des gens pour les Bitcoins et CO montre peut-être déjà l'existence précoce d'une crise monétaire imminente. Pendant qu’on fait de moins en moins confiance aux monnaies existantes, l’arrivée de cette forme électronique „d‘argent“ se trouve solidement dans le champ de vision des investisseurs comme des spéculateurs. Pourquoi ? L'une des raisons pourrait certainement être qu’en observant le monde entier, outre l’excès de la montagne de dettes, la confiance des citoyens dans le système monétaire s’érode de plus en plus. De notre point de vue, ce n’est qu’une question de temps jusqu'à ce que l'argent-métal et l’or soient à nouveau importants aux yeux des personnes, qui désireront recevoir de l’argent réel, ce qu'ils ont eu depuis pratiquement le début de l'humanité: Depuis toujours, l’argent-métal est apprécié pour sa sublime beauté, sa brillance et sa couleur, et en raison de sa coûteuse et difficile extraction, il est synonyme de prospérité et de puissance. La prospérité a été mesurée en argent et en or, on peut ainsi dire que l’argent-métal et l’or remplissent toutes les définitions de l’argent : Soit essentiellement une sauvegarde de valeur, respectivement un support de conservation de valeur ainsi qu’un moyen d’échange standard, un étalon de valeur et finalement une unité de compte.

Avec un prix actuel d’argent-métal, mesuré en argent brut au prix spot, respectivement au prix du marché actuel d’environ 16.50 USD / l’once (31.1 gr.), le prix de l’argent-métal devrait avoir trouvé un bon socle. De moyen jusqu’à long terme, celui-ci est fondé par les coûts d’extraction. Lorsqu’on regarde les bilans trimestriels des grands producteurs d’argent-métal, on peut constater que ces sociétés parviennent à un résultat presque équilibré avec un prix d’argent-métal au comptant d’environ 17 USD (cf. par exemple First Majestic Silver ou Endeavour Silver Corp.). En dessous de ce prix débutent les pertes et la production serait réduite. Dans ce cadre, il semble qu’un engagement dans l'argent à l’heure actuelle peut être un investissement, qui certes peut présenter des fluctuations élevées (+/- 30%), mais qui semble généralement posséder un excellent ratio chance/risque.

‚Got Gold‘ (anglais) plus précisément ‚avez-vous de l‘or‘ et en particulier de l’argent-métal ? Nous vous informons volontiers à propos de nos produits: 1- Onces sous la forme de médailles d’argent et de lingots: l’‚Aggée d’argent‘, ainsi que le ‚Bon berger‘. 2- Le lingot d’or d’une once ‚Aggée d‘or‘; 3- ainsi que le S-Deposito pour l‘acquisition de granulés d‘argent de grande pureté et son stockage dans un dépôt franc sous douane suisse, lorsqu’il s’agit de plus grandes parts de fortune qu’il faut en outre garder en sécurité. Nous vous donnons volontiers des informations via nos conseillers expérimentés.

Notre ambition

Les produits de notre société – l’argent et l’or – ont pour objectif de générer un véritable bien-être sur une base solide et durable. Cordialement, Votre équipe de BB WERTMETALL AG